SYNAD : Non aux candidatures soutenues par les membres du gouvernement

Les  élections communales ne cessent de soulever des vagues. Ainsi, après la proclamation des résultats provisoires, certains candidats attendent les résultats officiels avant de se positionner.

Le syndicat des administrateurs civils (SYNAD) monte au créneau. Il a tenu à souligner que depuis toujours, on n’avait pas autorisé la participation de membres de gouvernement à la campagne électorale. Et que ce n’est pas mentionné ni dans la Constitution et encore moins dans la Feuille de route. Ce syndicat a ainsi fait part de l’une des requêtes déposée auprès du tribunal administratif et qui mentionne que « les candidatures aux communales, proposées et soutenues directement par ces membres du gouvernement ne devraient donc pas être retenues et prises en compte ».

Requêtes. Faut-il rappeler qu’il y avait eu 1 797 requêtes qui ont été déposées au niveau des tribunaux administratifs. Et qui se répartissent comme suit 414 requêtes ont été déposées auprès du tribunal administratif de Fianarantsoa, 380 requêtes pour Toliara, 316 requêtes pour Mahajanga, 300 requêtes pour Toamasina et 287 requêtes pour le tribunal administratif d’Antananarivo. Du pain sur la planche pour le tribunal administratif qui devrait ainsi trancher sur ces différentes requêtes. Pour ne citer que le cas de certains chefs-lieux de province, notamment à Fianarantsoa-ville où chaque camp, en l’occurrence, les candidates de MAPAR et du HVM ont chacun de son côté se déclare vainqueur dans la capitale du Betsileo. Des cas similaires pouvaient également se produire à Antsiranana et Mahajanga.

Délai de un mois. Notons que d’après les textes, les tribunaux administratifs disposent d’un délai de un mois après la proclamation des résultats  provisoires par les Structures Ad hoc Inter Régionales (SADIR) pour proclamer officiellement les noms des maires et conseillers élus et statuer en même temps sur les requêtes. Dans tous les cas, si les requérants n’avaient pas gain de cause auprès du tribunal administratif,  ils pourraient encore recourir auprès du Conseil d’Etat. D’ailleurs, certains candidats ont déjà annoncé qu’ils vont procéder à de tel recours au cas où ils n’obtiendraient pas gain de cause auprès du tribunal administratif.

Dominique R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. Si, comme le prétend le Synad, « la participation de membres de gouvernement à la campagne électorale …/… n’est pas mentionnée dans la Constitution », j’aimerais savoir où est le problème. Si la Constitution l’interdisait, il en irait autrement mais qui ne dit mot consent. Non ? Le Synad, dont j’ignore tout, a-t-il pris position pour le MAPAR de l’ex-petit apprenti dictateur Bac-8 ? Merci d’éclairer ma lanterne (en ces temps de délestages, n’est-ce pas, ma lanterne n’est pas très vaillante).

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.