Jean Max Rakotomamonjy : « Pacte de responsabilité et non Mémorandum pour la stabilité »


Jacaranda
Banky Foiben'i Madagasikara
Jean Max Rakotomamonjy opte pour le respect de la décision de la HCC. (Photo : Yvon Ram)
Jean Max Rakotomamonjy opte pour le respect de la décision de la HCC. (Photo : Yvon Ram)

La rencontre entre le président de la République et le président de l’Assemblée nationale s’est déroulée hier au Palais d’Iavoloha.

Le face-à-face très attendu entre le président de la République, Hery Rajaonarimampianina et le président de l’Assemblée nationale, Jean Max Rakotomamonjy s’est déroulée hier au Palais d’Iavoloha. Il s’agit de la quatrième rencontre entre les deux personnalités depuis le vote de la motion de déchéance à Tsimbazaza. Une entrevue de 45 minutes au cours de laquelle les deux Chefs d’Institution ont évoqué entre autres, le Mémorandum pour la stabilité et la session extraordinaire du Parlement. D’après les indiscrétions, aucune décision n’a encore été prise durant la rencontre. Le Chef d’Etat n’a pas vraisemblablement réussi à convaincre le numéro Un de la Chambre basse à soutenir la mise en œuvre du Mémorandum. Au cours d’une conférence de presse qu’il a tenue hier matin, Jean Max Rakotomamonjy a laissé entendre qu’il opte pour le Pacte de responsabilité et non pour le Mémorandum pour la stabilité. « Dans sa décision, la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) a proposé un Pacte de responsabilité entre deux Institutions et non un Mémorandum », a-t-il rappelé.

Décision de Justice. En quelque sorte, le président de l’Assemblée nationale refuse de passer outre le cadre de la légalité. En effet, la décision de la HCC prise le 12 juin dernier constitue une décision de Justice dont il faut respecter. Par ailleurs, le député d’Andapa exige que cet accord soit inclusif et ouvert à tous les groupes parlementaires. Depuis le début de la collecte de signatures à Tsimbazaza, bon nombre des députés dénoncent une exclusion autour du Mémorandum pour la stabilité. A l’exemple des parlementaires MAPAR et TIM qui n’auraient même pas vu le document. D’après les informations, 7 groupes parlementaires sur les 10 existant à l’Assemblée nationale ont déjà été reçus par Hery Rajaonarimampianina dans le cadre de ce projet.

Leader Fanilo. La session extraordinaire de la Chambre basse a également été évoquée au cours de cette entrevue. Mis à part la Loi de Finances Rectificative (LFR), d’autres projets de loi importants seront également transmis à Tsimbazaza pour adoption. Pour l’heure la date de la tenue de cette échéance n’a pas encore été communiquée. Au cours de sa rencontre avec la presse, Jean Max Rakotomamonjy a aussi touché mot de la mise en place prochaine de la nouvelle commission électorale nationale indépendante. En effet, les députés réclament une place au sein de cette structure. « L’Assemblée nationale devrait être représentée au sein de la nouvelle CENI », a-t-il soutenu. Il, c’est le président de la Chambre basse qui estime aussi que les Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD) devraient également y être représentées. En ce qui concerne le Leader Fanilo, le parti a obtenu 1 300 Maires et Conseillers élus provisoirement, a indiqué Jean Max Rakotomamonjy.

Davis R


Share This Post

3 Comments - Write a Comment

  1. N’allons pas encore inventer une autre dénomination si le mémorandum-pacte de non agression, etc … ne passent pas.
    Appliquons purement et simplement le pacte de responsabilité de la H.C.C.

    Notre autre grand problème c’est l’absence de décrets d’application des lois. Nos responsables politiques, en particulier l’Exécutif, ne font que faire des plans, lancer des projets de lois et n’appliquent pas du tout ce qui existent.
    Tous les bailleurs de fonds le constatent. Et c’est l’une des origines de cette instabilité, de ce fiasco politique, économique et social.
    Et notre ministre de l’industrie et du développement reconnaît que  » … le décret d’application (sur la loi des entreprises franches promulguée en 1997) n’est pas encore sorti jusqu’à maintenant. Il en est de même pour le Code des Investissements ».
    C’est grave pour « draguer » les investisseurs nationaux et étrangers qui se sentent en insécurité … et hésitent !
    A se demander que font exactement et concrètement les ministres pour pondre des décrets et le conseil des ministres pour valider ces décrets. Gouverner ne se résume pas à faire des nominations à tour de bras, à restructurer sans arrêt les organigrammes …? Pas du tout sérieux ! Désolé !

    Franchement si nos ministères sont incapables de prendre des décrets d’application des lois, la CNUCED et autres leurs offrent une assistance technique pour relancer nos investissements, notre économie et tout ce qui en découle. Bien sûr, ces prestations sont gratuites et ne s’immiscent pas dans les affaires internes de M/car.

  2. Après ce fameux entretien, il est de quel côté désormais JMR de Tsimbazaza , dans le camp de l’allié ou l’ennemi? Sans parler des conflits d’intérêts incessants de ses consorts dans la chambre basse.

  3. La loi c’est la loi! Il est plus JUDICIEUX de se pencher sur le PACTE DE RESPONSABILITE, figurant dans la récente décision de la HCC dont le délai d’exécution pose problème (presque 3 mois se sont passé inutilement!) plutôt que d’entamer ce fameux Mémorandum dont le contenu même entretient l’embrouille (esprit d’exclusion?) ou les suspens (si quelqu’un est en possession de tel; si énigmatique, non!). A quoi servira-t-il ce Document dont la guerre de « CHIFFRE » bât son plein tout autour, malgré le fait qu’on ait affaire à la STABILITE …?

Post Comment