Lettre à un ami par le Docteur KOLO Roger, ancien Premier ministre, ministre de la Santé

Sans vouloir remuer le couteau dans la plaie mais s’étant imposé un minimum de temps pour parler la tête un peu plus refroidie pour réfléchir, permets-moi tout d’abord d’exprimer ma profonde tristesse devant la disparition de nos frères militaires, morts en services commandés dans le Sud de notre Pays. Devant cet évènement, créant un moment d’une grande sensibilité infiniment exploitable, on ne peut s’empêcher de se poser des tas de questions tout en évitant de s’embarquer dans toute précipitation.

J’ai été quelque peu rassuré à la suite de la conférence de presse des chefs militaires relatée le 11 septembre 2015 par un journaliste de l’Express dans son article portant le titre : « Opération fahalemana : l’Armée adopte un profil bas ». Je dirais plutôt un profil haut. Vous comprenez ce que je veux dire. En effet c’est à ce moment-là que l’Armée s’est reprise pour montrer la grandeur de ses Chefs, ses Chefs dignes, se mettant au diapason de leurs devoirs et de leur responsabilité dans ce métier sacré qui est le leur.

Sans vouloir se poser en donneur de leçon, autant la réaction à chaud du Président de la République était sage, montrant bien sûr sa colère tout en se gardant de toute déclaration à l’emporte-pièce, à un moment où le sentiment pouvait l’emporter sur la lucidité, autant certaines autres déclarations résumant la situation à une guerre entre l’Armée et les « dahalo » me semblaient quelque peu incongrue, voire même déplacée, peu rassurante, même si, encore une fois, cela peut se comprendre.

Je dis : bravo messieurs les militaires, sans oublier bien sûr les gendarmes ! De mon point de vue, personne n’a de leçon à vous donner.

Les militaires nous ont en effet montré que leur devoir est avant tout de veiller sur la sécurité des Malgaches, quelles que soient leurs origines ethniques, religieuses ou culturelles, les bons comme les méchants, les riches comme les mendiants, les croyants comme les non-croyants.

Toujours, il faut le rappeler, la force doit rester à la loi dans un Etat démocratique comme le nôtre, salué par la communauté internationale.

N’oublions pas que chaque fois qu’un être humain, ne fut-ce qu’un seul, s’éteint de par notre faute et notre négligence, c’est une cathédrale qui s’écroule.

Dans le Sud de notre Pays comme partout ailleurs, l’être humain est sacré devant Dieu qui, lui-même, l’a créé à son image.

Cher ami, cherchons sans relâche la Justice et la Paix dans la fermeté et la rigueur, mais bannissons de nos langages les termes de guerre, de haine et de division.

Ne jouons pas le jeu des « dahalo » aux cols blancs qui peuvent se déguiser et se substituer aux « dahalo » en prenant les fusils !

N’oublions pas le syndrome irakien. En effet quand les américains sont arrivés en Irak en 2003 beaucoup pensaient que les Chiites allaient tout de suite logiquement les rejoindre pour combattre les partisans de Sadam Hussein en majorité Sunnites. On sait le résultat !

L’homme est un être complexé où les différents paramètres d’alliance méritent d’être sérieusement analysés !

Oui, Madagascar mérite de vivre « un autre monde où la terre serait ronde », comme le dit le groupe Téléphone !

Mais cela a un prix : c’est un changement profond de mentalité ou l’égo doit laisser place à l’amour (n’ayons pas peur de le dire) et au respect.

Etablissons une véritable justice sociale où la main tendue ne reçoit pas un coup de fusil en retour, un véritable dialogue entre les oubliés, qui peuvent devenir des révoltés (des révoltés qui peuvent être exploités pour devenir des hors-la-loi).

C’est pour tout cela qu’en tant qu’Aîné, je forme le vœu d’un dialogue fécond entre tous les Malagasy, je forme le vœu d’une Paix retrouvée et je forme enfin le vœu qu’aucun de nos Compatriotes ne soit laissé au bord du chemin du développement, dans le Sud comme dans tout le Pays !

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. L’ancien Premier Ministre est toujours dans sa marotte du « dahalo niova fò ».

    Avec ce texte, on comprend mieux l’échec de sa politique : il s’imagine que le monde du bisounours est transposable à Madagasikara.

    A son âge, ça devient préoccupant !

  2. « Dans le Sud de notre Pays comme partout ailleurs, l’être humain est sacré devant Dieu qui, lui-même, l’a créé à son image », dixit, S.E. le PM.
    Une GRANDE SAGESSE!

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.