Remaniement en vue : Le MAPAR revendique la Primature

Jacaranda
Selon Pierre Houlder, le MAPAR n’est pas frappé par une scission. (Photo : Kelly)
Selon Pierre Houlder, le MAPAR n’est pas frappé par une scission. (Photo : Kelly)

Le clan Rajoelina relance les débats autour de l’article 54 de la Constitution.

« Le poste de ministre de m’intéresse pas. Pour moi, le plus important c’est le respect de la loi, de la Justice et surtout du choix de la population fianaroise ». C’est ce qu’a déclaré hier la candidate malheureuse des élections communales à Fianarantsoa, Christine Razanamahasoa. Une manière pour elle de démentir les informations selon lesquelles elle a décidé de se soumettre à la décision du Tribunal administratif en contrepartie d’une place au sein du futur gouvernement. En effet, le staff du parti « Miaraka Amin’i Prezida Andry Rajoelina » a profité de la conférence de presse organisée hier au quartier général du parti à Ambodivona pour démentir l’existence d’une scission au sein du parti. Une occasion également de démontrer qu’il existe encore une équipe solide et solidaire autour de l’ancien président de la Transition, Andry Rajoelina. A noter pourtant l’absence remarquable et remarquée de certaines grandes figures du clan Rajoelina, en l’occurrence des députés, Brunel Razafintsiandraofa, Tinoka Roberto, Rahasimanana Paul Bert, ainsi que l’ancien ministre de la Communication Harry Laurent Rahajason lors de cette rencontre avec la presse.

« Article 54 ». En tout cas, le porte-parole du parti, Pierre Houlder Ramaholimiasy a déclaré que « le MAPAR n’adhèrera pas au sein du prochain gouvernement ». « Aucun député MAPAR n’a signé le Mémorandum pour la stabilité », a-t-il fait savoir. En effet, le parti d’Andry Rajoelina refuse catégoriquement de cautionner le projet du régime Rajaonarimampianina de mettre en place un pacte de non agression entre la Présidence et l’Assemblée nationale en vue de reconquérir une nouvelle majorité parlementaire. « Que ce soit un Pacte ou un Mémorandum, nous rejetons tout simplement le projet », a soutenu Pierre Houlder. Et d’ajouter au passage que « pour le MAPAR, la Constitution constitue l’unique Pacte que l’on doit respecter ». En effet, les partisans de l’ancien président de la Transition relancent les débats autour de l’article 54 de la Constitution qui stipule que « le président de la République nomme le Premier ministre sur proposition du parti ou groupe de partis majoritaire à l’Assemblée nationale ». Pour sa part, le MAPAR persiste et signe en réclamant le respect de cette disposition. En quelque sorte, le clan Rajoelina revendique de nouveau la Primature. Reste à savoir si les tenants du régime HVM vont prendre en considération cette requête.

Annulation des résultats. Christine Razanamahasoa a également touché mot des résultats des élections communales à Fianarantsoa. Des résultats que le MAPAR conteste fermement. Faut-il rappeler que 78 voix seulement séparent la candidate du HVM, Irma Juliandres Harilalaina et la candidate du MAPAR, Christine Razanamahasoa (9 770 voix, soit 36,32 % contre 9 692 voix, 36,03). Cette dernière conteste le fait que les résultats soient annulés uniquement pour le bureau de vote de Mahazengy alors que de nombreuses irrégularités ont également été constatées au niveau de deux autres quartiers. De part ces irrégularités et cet écart de voix très minime, le MAPAR exige l’annulation des résultats de vote à Fianarantsoa ville. D’ailleurs, le MAPAR prévoit de déposer une requête y afférente auprès du Conseil d’Etat dans les jours qui viennent. En attendant, la candidate du MAPAR lance un appel à l’endroit de la population fianaroise afin de se lever pour défendre leur choix.

Davis R

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.