Roland Ratsiraka : « Art culinaire et routes vont de pair »

Jacaranda
Le ministre des Travaux Publics ne s’écarte pas de sa route.
Le ministre des Travaux Publics ne s’écarte pas de sa route.

Il n’était pas là en tant que représentant du gouvernement, mais en qualité d’invité de « Women Tourism Association for Madagascar » (WTAM), organisatrice du Festival Haify. Il, c’est Roland Ratsiraka qui a été également …invité à prendre la parole à l’occasion de l’ouverture hier, au jardin d’Andohalo, de la seconde édition de ce qui est en quelque sorte, un salon du goût et de la gastronomie malagasy. Avec comme ingrédients des produits du terroir. Ce qui a amené le ministre des Travaux Publics à faire remarquer dans son discours improvisé que « l’art culinaire et les routes vont de pair ». Et d’expliquer que l’existence d’infrastructures routières facilite effectivement l’évacuation des meilleurs produits du fin fond du terroir. « Cela permet aussi de diminuer les coûts », a-t-il ajouté. Prenant en exemple la RN 44 dont la réhabilitation impactera forcément sur le prix du riz qui sera révisé à la baisse.

Brochure. Comme son nom l’indique, le WTAM entend promouvoir le tourisme. Ce qui a fait dire à Roland Ratsiraka que « les routes favorisent également le tourisme ». Qui plus est, le ministère des Travaux Publics sortira une brochure faisant état des routes en cours de réhabilitation ou à réhabiliter. Pour les opérateurs économiques, les tours operateurs, les collecteurs, les producteurs et pour tous les usagers, ce sera une manière pour le MTP de leur montrer la …route en jouant la carte transparence.

R. O

Share This Post

2 Comments - Write a Comment

  1. Pas mal cette idée et cette démarche du ministère des travaux publics en recensant dans une brochure l’état des routes en cours de réhabilitation et à réhabiliter.
    C’est un outil de grande importance pour tous les acteurs économiques de développement qui va du tourisme à la circulation des personnes et des biens drainant ainsi la rotation des richesses et de la monnaie à M/car, créatrice de richesses sans l’intervention directe de l’Etat : productions agricoles et miniers, échanges et partage de culture, désenclavement et sécurisation (approvisionnement, santé, …) de certaines régions, etc …

    Et que çà ne reste pas seulement des intentions.

    Reste à beaucoup de ministères et services de recenser d’abord ce qui existe avant d’élaborer des projets … comme le ministère du Budget et des Finances qui a du mal à comprendre que pour avoir de recettes fiscales fiables commence par un bon recensement de l’assiette. Il est évident pour ce faire que tous les ministères mutualisent et se communiquent.
    Et tant que chacun travaille dans son coin, c’est un des critères d’absence de cohésion, d’unité et de solidarité au sein du gouvernement. Ce que les bailleurs de fonds nous font comprendre …. avant d’ « ouvrir les vannes ».

    Pas la peine de changer de gouvernement où « le nouveau » va prendre un temps fou pour découvrir les dossiers et les affaires, les maîtriser, avancer et servir l’intérêt général et la volonté politique du Président de la République qui a été élu dans ce but.
    Bien sûr, il y a d’autres critères en amont et en aval.

    On ne peut pas échapper à la priorité dans les urgences ou … l’urgence dans les priorités.
    C’est simple à dire mais pas évident à concrétiser. C’est un choix cornélien qui ne peut être remis en question.

  2. Voilà au moins un ministre qui travaille et fait des réalisations palpables! On s’en fout qu’il vole vole ou avantage ses entreprises! L’essentiel est là ! On a besoin de route pour tout ce qu’on fait ! Bravo et qu’il pense aux autres provinces!

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.