Session extraordinaire : Test grandeur nature pour la nouvelle majorité

Jacaranda

La session extraordinaire de l’Assemblée nationale s’ouvrira demain à Tsimbazaza. Les députés seront appelés à examiner et à adopter le projet de loi portant la mise en place de la nouvelle CENI (Commission Electorale Nationale indépendante). Cette session extraordinaire intervient quelques semaines après la collecte de signatures sur le fameux mémorandum de stabilité. Bien que la plupart des élus n’aient pas vu le contenu de ce mémorandum qui aurait été proposé par le président de la République, des chiffres ont été avancés. Le président Hery Rajaonarimampianina en personne a affirmé lors de sa descente à l’hôpital HJRA le 27 août 2015 que 90 députés avaient signé le mémorandum de stabilité. Ces 90 députés vont former la nouvelle majorité présidentielle à l’Assemblée nationale. Par ailleurs, certains députés ont affirmé que 81 signatures ont été recueillies au moment de la remise du mémorandum au président de la République. Une source auprès des députés « frondeurs » a cependant laissé entendre que le mémorandum n’avait obtenu que 46 signatures.

2/3 des députés. Visiblement, la prudence est constatée du côté de l’Exécutif lorsqu’il a décidé de ne pas programmer à l’ordre du jour de la session extraordinaire de l’Assemblée nationale le projet de Loi de Finances Rectificative tant attendu par les députés. L’Exécutif ne serait pas sûr qu’il aura le vote positif de deux tiers des députés pour faire passer un projet de loi organique. Autrement dit, il faudra le vote positif de 101 députés pour l’adoption de ce projet de Loi de Finances Rectificative. Pour éviter l’échec, le président de la République et le gouvernement ont décidé de ne faire figurer à l’ordre du jour de la session extraordinaire de l’Assemblée nationale que le projet de loi sur la nouvelle CENI. Une majorité simple suffira de faire passer ce projet de loi. C’est-à-dire que ledit projet sera adopté avec le vote positif de la majorité des députés présents au moment du vote. A cette allure, l’Exécutif n’aura pas de problème de majorité durant la session qui débutera demain à Tsimbazaza.

R. Eugène

Blueline Air Fiber

Share This Post

2 Comments - Write a Comment

  1. Vous avez tout à fait raison. En réalité, le Chef de l’Etat et surtout le peuple n’ont vraiment pas besoin des frondeurs actuellement. Ce que le pays a besoin actuellement, c’est le redressement et le développement.

  2. Ce problème de majorité est une véritable épine du pied… et si l’on prenait en mains l’avenir du peuple et du pays, sans se soucier d’une minorité qui court encore et toujours après le pouvoir et l’argent? Le président peut aussi bien se passer de tels énergumènes…

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.