Jean-Marc Châtaigner : « On doit laisser les jeux démocratiques fonctionner »

Jean-Marc Châtaigner, directeur général délégué de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD). (photo Kelly)
Jean-Marc Châtaigner, directeur général délégué de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD). (photo Kelly)

Le directeur général délégué de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), Jean-Marc Châtaigner, est dans nos murs. Lors de ce déplacement, il est accompagné de Florence Sylvestre, directrice adjointe du centre européen de recherche et d’enseignement des géosciences de l’environnement. A cet effet, il a tenu une conférence de presse, hier, à l’IRD, sis à Ambatoroka, pour expliquer le rôle de cet Institut de recherche dans le pays. En marge de cet exposé, l’ancien ambassadeur de France à Madagascar a parlé assez brièvement de ce qu’il pense de la situation qui prévaut dans le pays. « On doit laisser les jeux démocratiques fonctionner. Il faudrait s’attaquer aux problèmes de fonds, notamment l’énergie, l’éducation et la santé », a-t-il souligné.

Dominique R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

5 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Avant 1960 c’était quoi maintenant c’est quoi. Je suis d’accord avec Menalahy Nous ne nous reconnaîtrons jamais que nous sommes nuls

  2. A écouter le FMI et l’Union européenne qui ont leurs exigences (corruptions, fiscalité, …),
    A entendre l’IRD qui apporte un autre angle de vue (énergie, éducation, santé, …),
    M/car a du pain sur la planche où tout est à la fois urgent et prioritaire de la moralité au social en passant par l’économie, l’industrie …
    Voilà les conséquences de notre demande d’aides … où les bailleurs de fonds ne peuvent plus donner de la confiture aux cochons.

    Il est à souligner que cet état désastreux n’est pas seulement dû à Hery Rajaonarimampianina. C’est le cumul de nos défaillances, gabegie et laxisme depuis des décennies.
    Exemples concrets : après Tsiranana aucune politique de logements sociaux n’a été mise en chantier ( Cités Ambohipo, Analamahitsy, Ampefiloha, 67 Ha, …), aucun nouveau quartier administratif alors que la population a été multipliée par 2 … Et ce ne sont ni les remblaiements, ni le « dadaïsme » de Ravalomanana, ni les investissements privés de logements de luxe qui résoudront les problèmes.

    A M/car, la politique keynésienne à visée sociale est toujours valable.

  3. A supposer que les « zétrangers » seraient responsables de notre situation actuelle, ne pensez-vous pas que nos dirigeants les ont largement aidés ?

    C’est facile de rejeter la faute sur les autres au lieu de faire mea culpa : cépamafotisme pas mort !

  4. oui ,vous arrive rien faire quelquel chose sans français .français touts les europien ècoute.aprés amercain na ra8 vous metez là la méme ra8 criminnel 2009 .ç’est propre incroyable hery tampidalana aleha mila ra8 .tsikombakomba zegny

  5. Vous ferez mieux de fermer votre gueule qui pue pour parler de démocratie ! Qui a plongé le pays dans cette crise??? Seriez-vous amnésique ??? Foutez la paix aux malgaches !!!

Poster un commentaire