CUA : Lalao Ravalomanana s’entoure de « Tiko boys »

Le DG de l’ALMA fait son entrée à la CUA.
Le DG de l’ALMA fait son entrée à la CUA.

Le maire Lalao Ravalomanana vient de nommer trois conseillers spéciaux dont deux « Tiko boys ».

En attendant l’adoption de l’organigramme sur lequel la Préfecture de Police d’Antananarivo a émis ses « observations », le maire Lalao Ravalomanana a nommé trois conseillers spéciaux, en l’occurrence Patrick Ramiaramanana, Heriniaina Razafimahefa et Guy Laurent Rasoanaivo. Parmi ces trois conseillers spéciaux de Lalao Ravalomananana figurent deux « Tiko boys » : Patrick Ramiaramanana et Heriniaina Razafimahefa. Le premier avait travaillé pour Tiko avant l’accession de Marc Ravalomanana à la Magistrature Suprême en 2002, tandis que le second continue de servir le Groupe de l’ancien président en tant que directeur général de la société ALMA (Asa Lalana Malagasy). Quant à Guy Laurent Rasoanaivo, s’il figure actuellement parmi les proches collaborateurs de la famille Ravalomanana, c’est parce qu’il a contribué à l’époque en tant que DG de l’Assurance ARO à l’extension de l’empire Tiko.

Dans l’attente. Un troisième « Tiko boy » attend sa nomination. C’est Razoarimihaja Solofonantenaina qui fréquente déjà l’hôtel de ville comme s’il y a déjà son bureau. En fait, ce n’est pas seulement à la commune urbaine d’Antananarivo que les gens de Tiko font leur retour en force. La liste des candidats du TIM aux Sénatoriales de la province d’Antananarivo est dirigée par deux personnalités connues pour avoir servi le groupe de l’ancien président. Il s’agit d’Olga Ramalason et de Me Hasina Andriamahadison. Si l’ancien ministre de Commerce et l’ancien maire d’Antsirabe était à l’époque cadre de Tiko, Me Hasina Andriamahadison est le dernier avocat du Groupe. Après avoir « casé » à l’Assemblée nationale, Me Hanitra Razafimanantsoa qui a défendu l’intérêt de Tiko avant Me Hasina Andriamahadison, Marc Ravalomanana est en train de placer ce dernier au Sénat en guise de récompense.

R. Eugène

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

3 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Voilà notre handicap ! Tout comme le Président Hery Rajaonarimampianina et notre ministre des Finances, de bons experts comptables, ces « Tiko boys » sont doués et efficaces en microéconomie mais ont peu d’approche de la macroéconomie.
    L’Etat, les ministères, les administrations, les collectivités locales, … ne se gèrent pas comme une entreprise privée. Les fonctionnaires nationaux et territoriaux n’ont comme employeur pas une personne physique mais une entité : l’Etat, la Province, la Commune … D’où, l’organisation, la hiérarchisation, les relations professionnelles n’ont rien à voir avec le statut du privé … Au cas particulier, le Maire Lalao Ravalomanana et ses conseillers ne peuvent pas licencier un fonctionnaire municipal titulaire illico-presto ou du jour au lendemain. Et ce qu’a fait Marc Ravalomanana avec ses ministres … D’où les conseillers de Lalao Ravalomanana peuvent sauter à tout moment, idem le 1° Ministre et les ministres de Hery Rajaonarimampianina.
    Chez le Tim, Me Hasina Andriamahadison est l’un des rares « affranchis » pour services rendus, sauf changement d’humeur … Avec Ravalomanana c’est perso et donnant-donnant qui dépasse notre grand beta Hery Rajaonarimampianina.

    La Commune d’Antananarivo ne se gère pas comme Tiko …

  2. j’avais exactement la même pensée à la lecture de cet article…légèrement orienté, où est le problème ? il n’y en pas, bien au contraire !

  3. Je ne vois pas où est le problème ? Madame Le Maire ne va quand même pas s’entourer des Zanaka MAPAR ni Hery Vendrana Malagasy ou encore moins des Malagasy Miara-Miesona !

Poster un commentaire