Collecte de signatures à l’Assemblée nationale : Le bureau permanent menacé de destitution

L’énième tentative de destitution du bureau permanent de l’Assemblée nationale est vouée à l’échec.
L’énième tentative de destitution du bureau permanent de l’Assemblée nationale est vouée à l’échec.

Des députés remettent sur le tapis le projet de destitution contre l’actuel bureau permanent de l’Assemblée nationale.

Le changement du gouvernement n’est pas encore au centre des discussions à l’Assemblée nationale. Par contre, certains députés essaient de relancer le projet de destitution du bureau permanent de la Chambre Basse dirigé par l’élu d’Andapa Jean Max Rakotomamonjy. Les instigateurs de cette énième tentative ne sont autres que certains députés Mapar qui ont trahi la cause d’Andry Rajoelina. Une collecte de signatures est en cours à Tsimbazaza depuis deux semaines. Pour les députés que nous avons pu contacter hier, l’opération est vouée à l’échec, vu le nombre des voix qu’il faut obtenir pour que les membres actuels du bureau permanent de l’Assemblée nationale soient destitués. D’après le règlement intérieur de l’Institution, il faut 2/3 des députés, c’est-à-dire 101 voix, pour faire réussir un projet de destitution. Par contre, le nombre de signatures n’est pas exigé pour que la motion de destitution puisse être déposée. Visiblement, atteindre 101 voix semble impossible car le nombre dépasse largement celui des députés (entre 91 et 95) qui composent la majorité présidentielle à Tsimbazaza.

Intérêt commun. Par ailleurs, la composition du bureau permanent de l’Assemblée nationale constitue un obstacle à la réussite de l’opération. En effet, les 12 membres de ce bureau permanent sont issus de différents groupes parlementaires dont le Leader Fanilo, le HVM, le TIM, le MMM et le « Hiaraka Isika ». Il serait donc de l’intérêt commun de ces groupes parlementaires de défendre l’actuel bureau permanent. En tout cas, ce n’est pas pour la première fois qu’un projet de destitution contre le bureau permanent de la Chambre Basse est mis en branle. La dernière tentative a eu lieu après l’échec de la déchéance du président de la République et de la motion de censure contre le gouvernement Ravelonarivo. La situation a été vite maîtrisée suite à une rencontre qui s’est tenue à Iavoloha entre le président Hery Rajaonarimampianina et un groupe de députés conduit par l’élu d’Antalaha Laisoa Jean-Pierre. La rencontre a abouti à la signature du mémorandum de stabilité.

R. Eugène

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire