Remblayage au Marais Masay : Lalao Ravalomanana renvoie la responsabilité aux anciens dirigeants

Le maire de la Commune urbaine d’Antananarivo a évoqué le principe de la continuité de l’Etat.

Le maire de la commune urbaine d’Antananarivo a effectué hier avec une délégation de l’AFD (Agence Française de Développement) une descente à Ankazomanga. La visite a permis de constater de visu l’état des ruelles de la Capitale dont la réhabilitation sera financée par l’AFD. Interrogée par les journalistes sur les polémiques relatives aux travaux de remblayage effectués par la société mauricienne Sun&Sons au Marais Masay, le maire Lalao Ravalomanana a renvoyé la responsabilité aux anciens dirigeants, plus précisément, à ceux qui étaient au pouvoir en 2008. Marc Ravalomanana était encore au pouvoir à cette époque-là. Le Dr Marius Ratolojanahary était ministre en charge de la Réforme Foncière, des Domaines et de l’Aménagement du territoire. A entendre donc l’actuel maire de la commune urbaine d’Antananarivo, ce ministre de l’Aménagement du territoire de Marc Ravalomanana avait une part de responsabilité dans cette histoire de remblayage au Marais Masay. D’après Lalao Ravalomanana, la CUA ne s’y est pas opposée en vertu du principe de continuité de l’Etat.

Déblayage. Par ailleurs, le maire Lalao Ravalomanana a demandé à ce qu’elle soit consultée en tant que premier magistrat de la ville sur toute action concernant le développement de la Capitale. Elle a ainsi insisté sur la nécessité du dialogue entre la mairie et le pouvoir central. A rappeler que l’intervention du ministre auprès de la Présidence en charge des Projets Présidentiels, de l’Aménagement du territoire et de l’Equipement Narson Rafidimanana a permis d’arrêter  immédiatement les travaux de remblayage au Marais Masay. Ce membre du gouvernement qui y a effectué une descente a ordonné l’arrêt des travaux pour éviter les risques d’inondation sur place. Au lendemain de sa descente, les travaux de déblaiement du site de la société Sun&Sons ont débuté, l’objectif étant de remettre la zone en question à son état initial. En tout cas,  les décisions prises pour l’interdiction des opérations de remblayage au Marais Masay sont toujours en vigueur jusqu’à nouvel ordre.

Recueillis par R. Eugène

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Dans plusieurs villes du monde il y a des zones basses et la construction et les travaux de remblaiement ont toujours existé et il y a un plan d’urbanisme adéquat Le problème pour Antananarivo c’est que le réseau d’assainissement a été négligé depuis longtemps pour ne pas dire inexistant

  2. En partant du principe où faire un remblai créé des inondations et des problèmes d’évacuation d’eau de pluie comme on l’a vu à Behoririka, je suis contre les remblais du Marais Masay sauf si la CUA propose une solution alternative pour stocker l’eau de pluie (mais ce n’est pas le cas). Moi, je vous le dit, je n’ai pas envie de revivre à Maray Masay ce qui se vit à Behoririka en saison de pluie.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.