Manifs suspendues : Les présidents des syndicats reçus à Iavoloha

Les enseignants FRAM devant le Ministère de l’Education nationale. (photo d’archives)
Les enseignants FRAM devant le Ministère de l’Education nationale. (photo d’archives)

Compte tenu des réunions préliminaires au 19e Sommet du Comesa au CCI Ivato et du sommet en question, quelques grèves ont été suspendues.

Ils étaient quinze syndicats à être reçus par le chef de l’Etat, Hery Rajaonarimampianina, lors d’une réunion avec ce dernier. Ces quinze syndicats, regroupés dans la Csaem ou Confédération des syndicats des agents de l’Etat Malgache, ont été représentés entre autres  par les syndicats des greffiers, des agents pénitentiaires et des enseignants. En effet, en marge des réunions préliminaires du 19e Sommet du Comesa et du sommet en question qui commencera mardi prochain, un semblant de stabilité – si ce n’est que du faire croire – devrait être observé.

Un semblant de stabilité. D’après Todisoa Andriamampandry, Directeur Général de l’Education Fondamentale et de l’Alphabétisation (DGEFA) auprès du Ministère de l’Education nationale (MEN), « il s’agit d’un arrêt définitif ». En poursuivant son explication, le SG a confié et ce, en se basant sur la décision des deux parties que « la scolarité des enfants ne devrait pas être  prise en otage et qu’ils ont décidé de ne plus entamer telle ou telle grève durant cette année scolaire ». On constate que ces présidents syndicaux ont, après leur entrevue, décidé de mettre en sourdine leurs revendications et qu’ils ont été convaincus de le faire pour positiver l’image de Madagascar aux yeux des invités officiels durant le Sommet du Comesa, mais également lors du Sommet de la Francophonie en novembre prochain. Sur le sujet, Todisoa Andriamampandry a été clair : « des tractations ont eu lieu même si les enseignants ne sont pas véritablement satisfaits ». Toujours dans cette même optique, Randriambololona Haja du syndicat des greffiers a fait une précision : « nous n’avons reçu aucune somme d’argent. On nous a demandé nos problèmes et le chef de l’Etat a promis que nos revendications seront prises en compte ». Pourtant, une nuance est à observer entre les deux syndicats car celui des greffiers va reprendre la grève après le sommet du Comesa. « Pour l’instant, nous suspendons la grève tout en observant si l’Etat a effectivement fait siennes nos recommandations ». Et lui de continuer : « Nous allons aussi nous organiser et coordonner nos actions conformément à ce qui a été dit lors de l’entretien avec le chef de l’Etat ». Pour ce qui est du syndicat des agents de l’Etat, les fonctionnaires revendiquent l’incorporation dans le projet de Loi finances 2017 du projet d’alignement des grilles indiciaires des fonctionnaires.

Aina Bovel

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.