Ouverture de la deuxième session : Marquée par l’appel au calme

La deuxième session parlementaire a été ouverte officiellement hier. Les deux présidents du Parlement ont eu l’occasion de s’exprimer durant la cérémonie d’ouverture qui était honorée par le Premier ministre et son gouvernement. Lors de son discours, Jean Max Rakotomamonjy, a appelé au calme et à la stabilité pendant ces derniers mois cruciaux pour le pays. «  Madagascar a besoin de stabilité. Nous devrons faire en sorte que nous nous exprimions dans le respect et dans le calme », a-t-il véhiculé. Avant de poursuivre que « dans une démocratie, il faut respecter le choix du peuple ainsi que les mandats des élus auxquels il a délégué son pouvoir ». Jean Max Rakotomamonjy, élu à la tête de l’Assemblée nationale suite à l’éviction de Christine Razanamahasoa, a interpellé les politiciens à cesser de « sacrifier le peuple » et de « procéder au dialogue ». Pour lui, l’heure est à la solidarité. « Même si les avis divergent, l’on doit procéder au dialogue sans lancer des invectives. D’ailleurs, il n’est pas facile de se remettre d’une crise politique ; c’est la raison pour laquelle nous devrons mettre en avant la solidarité », a-t-il confié. Honoré Rakotomanana, pour sa part n’a pas fait de discours politique, mais les réalisations ayant été effectuées par les deux chambres ont été citées par les deux présidents du Parlement telles que la tenue de la 42e session de l’Assemblée Parlementaire Francophone (APF) à Madagascar, la formation du personnel de la Chambre basse, ou encore la signature d’une convention entre le Pnud et l’Assemblée nationale sur l’accès à l’information, les formations et les descentes dans quelques communes des 22 régions par le Sénat. Et ce, en omettant de citer le Code de la Communication…

Aina Bovel

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire