Vindictes populaires : « Les responsables seront punis », dixit Mahafaly Olivier Solonandrasana

Le Premier ministre Olivier Solonandrasana Mahafaly a convoqué la presse hier à Mahazoarivo.
Le Premier ministre Olivier Solonandrasana Mahafaly a convoqué la presse hier à Mahazoarivo.

En effet, le Chef du gouvernement persiste et signe sur le respect de l’Etat de droit.

Six mois après sa nomination, le Premier ministre Olivier Solonandrasana Mahafaly a rencontré la presse pour faire le tour d’horizon des actualités politiques et socioéconomiques du moment mais aussi et surtout pour présenter un bilan des réalisations et des projets en cours d’exécution. La conférence des bailleurs qui aura lieu à Paris les 1er et 2 décembre prochain, l’accueil du Sommet de la Francophonie, l’insécurité et les différents cas de justice populaire qui se sont succédé ces derniers temps à travers l’île, ainsi que les problèmes de délestage. Ce sont entre autres, les sujets évoqués durant cette conférence de presse. « Nous ne tolèrerons pas l’escalade de la violence », a déclaré d’emblée le locataire de Mahazoarivo à propos des vindictes populaires survenues notamment à Mampikony. Olivier Solonandrasana Mahafaly a tenu à faire savoir que des mesures vont être prises et que les responsables de ces violences vont être punis. « Quelle que soit la défaillance au niveau de la Justice et au niveau des Officiers de Police Judiciaire, cela ne constitue pas une raison pour privilégier la violence et la Justice populaire… Laissons la Justice faire son travail », a-t-il martelé. Une manière de laisser entendre que désormais, les vindictes populaires ne resteront pas dans l’impunité.

Etat de droit. En effet, le Chef du gouvernement persiste et signe sur le respect de l’Etat de droit. Il reconnaît toutefois qu’à travers ces cas de Justice populaire, la population tente d’envoyer un message à l’endroit des dirigeants. Une manière d’exprimer un manque de confiance envers les autorités. En tout cas, à entendre les explications du Premier ministre, Olivier Solonandrasana Mahafaly, « il y a un dessous politique derrière l’affaire Mampikony ». « C’est confirmé que cette affaire est déjà politisée. Des politiciens et des élus sont déjà présents sur place pour inciter les gens à accroître la violence », a-t-il fait savoir. Avant d’ajouter au passage : « ils veulent remplacer le gouvernement actuel alors ils encouragent les gens à la désobéissance civile ». En quelque sorte, le numéro Un de Mahazoarivo veut annoncer que la montée des violences et les vindictes populaires sont fomentées par des politiciens dans le dessein de renverser le régime. Face à cette situation, le Premier ministre a annoncé la couleur hier. « Tolérance zéro contre les fauteurs de troubles ». Comme solution, Olivier Solonandrasana Mahafaly propose la promotion de l’éducation citoyenne. Selon ses dires, Société civile, Chefs d’Eglises et Chefs traditionnels ont une part de responsabilité dans cette affaire.

Menaces. Hier, le Premier ministre a aussi fait savoir que depuis quelque temps, il reçoit des menaces et des intimidations par téléphone et par SMS à cause des mesures qui ont été prises contre les trafics et les exportations illicites d’or et de bois de rose et suite à l’adoption de la loi contre la corruption. La recrudescence de l’insécurité a également été évoquée. D’après le locataire de Mahazoarivo, une nouvelle opération en vue de la sécurisation des zones rouges sera lancée à partir de cette semaine. Plusieurs régions sont concernées par cette opération, entre autres, l’axe Maevatanana – Andilamena et les régions Bongolava, Melaky, Haute Matsiatra, Vatovavy Fitovinany, Atsimo Andrefana, Anosy et Androy. Pour ce qui est de l’accueil du Sommet de la Francophonie, le locataire de Mahazoarivo a confirmé que les préparatifs sont en bonne voie. 90% des travaux ont déjà été réalisés. A noter qu’une cinquantaine de chefs d’Etat sont attendus pour cet évènement. A propos des problèmes de l’entreprise JIRAMA, le Chef du gouvernement a annoncé que des efforts sont fournis actuellement afin de résoudre les problèmes de délestage. Des problèmes causés notamment par une mauvaise gestion. En ce moment, 300 milliards de subventions sont octroyées à la JIRAMA. Olivier Solonandrasana Mahafaly a annoncé hier la fin des gabegies au sein de cette Société d’Etat. En outre, la JIRAMA lancera prochainement l’utilisation des compteurs intelligents pour avoir plus de précision sur la consommation. A propos des rumeurs autour d’un éventuel remaniement gouvernemental, le Premier ministre a renvoyé la balle dans le camp du président de la République.

Davis R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire