Ihorombe : Le chef de région riposte aux maires

La riposte n’a pas tardé. Le chef de région Mosa Fernand a déclaré hier devant la presse que les mesures de reforme prises au niveau de la région au nom de la bonne gouvernance n’arrangent pas les élus communaux. « Au moment où j’étais nommé, en novembre 2015, je n’appartenais à aucun parti politique. Le président de la République m’a confié une mission qui était de développer cette région à vocation agro-pastorale. J’ai adopté une approche participative en impliquant tous les élus au développement de la région », a expliqué Mosa Fernand. Avant d’affirmer : « Ce n’est pas vrai que le chef de région n’a pas appuyé les Collectivités Territoriales Décentralisées. En un an de ma présence à la tête de la région Ihorombe, on a beaucoup fait pour les communes, en termes de lutte contre l’insécurité, d’assainissement et surtout de recettes fiscales. A propos des recettes par exemple, la région a trouvé une astuce pour que la distribution des fiches individuelles de bovidé (FIB) constitue une source d’argent pour les communes. Actuellement, on vend à 15 000 Ar un feuillet de FIB. 5 000 Ar de ce prix vont dans les caisses de la commune concernées, si seulement 1 000 Ar reviennent à la région. En six mois, la vente de FIB a rapporté au total 8 210 000 Ar. Et on me reproche toujours d’ignorer les communes ? »

Ristournes. En ce qui concerne la gestion des ristournes sur les produits d’exploitation minière dans la région, Mosa Fernand a fait savoir que la région a nommé des contrôleurs qui contrôlent les régisseurs désignés par les maires. « 2 semaines seulement après la nomination de ces contrôleurs, les ristournes ont augmenté, de 2 715 000 Ar à 5 946 000 Ar. Par ailleurs, la région a procédé à la formalisation des activités relatives à l’exploitation minière. Les exploitants qui exercent dans la région doivent y faire une domiciliation fiscale. Cette mesure n’arrange pas les opérateurs informels. Et parmi les maires signataires de la pétition demandant mon limogeage, il y a des exploitants miniers informels », a révélé le chef de région. En ce qui concerne la lutte contre l’insécurité, la région a fait venir un hélicoptère et a pris en charge les indemnités des 24 soldats qui ont réalisé la tâche. En tout cas, le chef de région d’Ihorombe a déclaré hier non fondées les affirmations des maires qui demandent son départ. « En retour, je leur demande de jouer la transparence sur la gestion des recettes fiscales de leurs communes », a lancé Mosa Fernand.

R.Eugène

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.