Dispositif de sécurité : Les blindés en place

La semaine dernière, le Secrétaire d’Etat à la Gendarmerie, le Général de Corps d’Armée Paza Didier Gérard a annoncé que 30 à 40 blindés seront mobilisés durant le Sommet de l’OIF.

Chose promise chose due. En effet, 48heures avant le coup d’envoi du XVIe Sommet de la Francophonie, les blindés de l’Armée et ceux de la Gendarmerie nationale sont déjà positionnés dans certains quartiers d’Antananarivo. Une mesure rentrant dans le cadre des dispositifs de sécurité prises pour l’accueil de cet évènement planétaire. La semaine dernière, le Secrétaire d’Etat à la Gendarmerie, le Général de Corps d’Armée, Paza Didier Gérard a déjà annoncé que toutes les mesures seront prises pour assurer l’ordre et la sécurité durant le Sommet de la Francophonie. Rien que pour la Gendarmerie nationale, 4000 hommes seront mobilisés. Et l’on a remarqué une forte présence des hommes en treillis depuis hier notamment dans le centre ville et sur les routes menant vers Ivato. De nombreux éléments armés sont également postés sur les sites qui vont accueillir les délégations étrangères. Depuis hier, des blindés ont pris position notamment à Alarobia, à l’entrée de la nouvelle route reliant Tsarasaotra – Ivato.

Sentiment d’inquiétude. La présence massive sur le terrain des éléments des forces de l’ordre et la mobilisation de blindés dans certains quartiers provoquent un sentiment d’inquiétude au niveau de la population. Y a-t-il un risque permanent d’attaque pour que les responsables prennent de telles mesures ? C’est la question que se posent les observateurs. Au cours de sa rencontre avec la presse, le Général Paza Didier Gérard a laissé entendre que 30 à 40 blindés seront présents dans les rues de Tana durant le Sommet de la Francophonie. La question est de savoir comment les forces de l’ordre vont utiliser ces matériels si éventuellement une attaque survient réellement. Dans les autres pays, les chars ne sont jamais utilisés même en cas d’attaque terroriste. Imaginez ce qui se serait passé si l’armée française avait utilisé des blindés lors des attentats de Paris. Cela aurait fait combien de victimes parmi les civils et quelle aurait été l’ampleur des dégâts ? En tout cas, les hauts responsables militaires persistent et assument leur décision. Et ce, malgré les critiques qui ont engendré la sortie des blindés durant le Sommet du COMESA qui s’est déroulé au mois d’octobre. Quoi qu’il en soit, la Hiérarchie militaire rassure que la sécurité des délégations étrangères et l’ordre public seront maintenus durant la semaine de la Francophonie.

Davis R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire