Incubons : Quand la Maison Jean Laborde renaît !

Elle a été construite en 1863 et actuellement, elle va retrouver sa vigueur. Elle, c’est la Maison Jean Laborde, sise à Andohalo, dans un quartier très calme et historique d’Antananarivo. Elle n’a pas perdu ses traits historiques et culturels, elle a juste été rénovée par Incubons. Incubons ou programme génération entrepreneur, présent à Madagascar depuis l’année dernière rassemble les jeunes entrepreneurs de Madagascar et représente ceux qui souhaitent s’impliquer dans l’entrepreneuriat. C’est ce qui a été soutenu par Tsiory Razafimpahanana, co-fondateur du programme, hier, lors justement de la cérémonie d’inauguration des nouveaux locaux d’Incubons au sein de la Maison Jean Laborde Andohalo.

Collaboration. Lors de son intervention, Tsiory Razafimpahanana a mis l’accent sur l’importance de la liberté d’entreprendre à Madagascar. « Nous célébrons la liberté d’entreprendre, la liberté essentielle pour chaque jeune malgache à la recherche de défis à relever, en quête d’indépendance que le chômage, fléau qui touche notre pays de pleins fouets tente de leur soustraire, une jeunesse en manque d’appui et de soutien dans l’aventure d’une vie, celle de la création, pérennisation du développement des entreprises », a-t-il affirmé. Mais surtout, le message est clair : l’entrepreneuriat doit s’inscrire dans l’égalité de chances et l’égalité devant les opportunités et surtout « coopérer d’une telle manière que les vrais gagnants sont ceux qui veulent construire le Madagascar de demain ». C’est justement dans cette optique qu’Incubons a décidé d’aménager la Maison Jean Laborde. Car il s’agira, surtout, d’instaurer un « espace de travail collaboratif ouvert à tous, dédié à la mise en œuvre de projets innovants pour stimuler la jeunesse entrepreneuriale malgache qui bouscule les traditions ».

Opportunité. Les jeunes entrepreneurs seront de ce fait gâtés par Incubons qui donnera, d’une part, des conseils relatifs à la création d’entreprises et à la création d’impacts sociaux de ces dernières, mais aussi et ce, d’après les explications de Tsiory Razafimpahanana, « les entrepreneurs, les porteurs de projets, les travailleurs indépendants de disposer de bureaux individuels équipés, pour recevoir des clients, des partenaires, pour développer des approches ainsi que des stratégies » au sein de la Maison Jean Laborde.  

Aina Bovel

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.