Conseil municipal : Trois femmes de tête contre Lalao !

Jacaranda
Les représentants du Conseil municipal n’ont pas hésité à dénoncer le manque de transparence au sein de la CUA. (Photo : Kelly)

Non au manque de transparence ! En général, c’était le message qu’ont véhiculé les femmes membres du Conseil Municipal de la CUA, hier, lors d’une conférence de presse à Behoririka.

Non-respect de la loi. Les  critiques ont été fondées sur la mauvaise gestion des affaires de la commune. Au micro : Lalatiana Ravololomanana de l’opposition. « Nous fustigeons le non-respect par le Maire, Lalao Ravalomanana, des articles 139 et 80 de la loi n°2014-020 ».  L’article 139 en question prévoit que « le budget est présenté sous forme de budget de programme ». Justement, pour Lalatiana Ravololomanana, l’élue de la capitale « a purement et simplement transgressé cette disposition » car, comme elle l’a mis en exergue, « le programme du Maire reste flou ». Même topo pour l’article 80. Selon ses explications, aucune transparence n’a été constatée au niveau du budget 2016 et de son utilisation. « L’article 80 impose au Maire de rendre compte devant le conseil municipal sur les activités effectuées par la commune. Mais, nous ne savons pas, par exemple, le taux du budget 2016, les ressources et leur affectation ».

Irresponsabilité. Rajerison Nicole Véronique quant à elle fustige l’attitude de Lalao Ravalomanana qui n’assiste jamais aux réunions de la CUA. « Nous constatons beaucoup d’irrégularités dans la gestion de la commune. Mais surtout, nous n’approuvons pas le fait qu’elle ne soit pas présente à nos réunions et qu’à sa place, elle mandate ses plus proches collaborateurs pour discuter avec nous », lance-t-elle. Un autre problème a été soulevé par ces femmes, en l’occurrence, le budget 2017. On nous a ordonné d’examiner le budget 2017 alors que nous ne connaissons même pas les opérations effectuées avec le budget 2016 », dixit Lalatiana Ravololomanana, soutenue par Rajerison Nicole Véronique qui a affirmé que « son élaboration a pris largement du temps ». Les femmes vont loin concernant les gesticulations opérées par le Maire. « Ce n’est pas le fait d’être élue à la tête de l’AVCOI ou d’être à Paris que nous souhaitons savoir. Nous exigeons le rapport d’activités de l’année 2016 prévu par la loi », continue Lalatiana Ravololomanana. En tout cas, la solidarité féminine n’est pas de mise.

Aina Bovel

Share This Post

One Comment - Write a Comment

  1. « Ce n’est pas le fait d’être élue à la tête de l’AVCOI ou d’être à
    Paris que nous souhaitons savoir. Nous exigeons le rapport d’activités
    de l’année 2016 prévu par la loi » !!!

    Quelle bassesse de jalousie ! mba mahalalà menatra re e… juste les gesticulations idiotes de 3 loosers.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.