Rija Razafimandimby : « Nos descentes ne doivent pas être mal interprétées »

Jacaranda
Rija Razafimandimby Secrétaire Générale de Tanora-HVM.

Nous intervenons dans les pourparlers qui engagent des cas sociaux à négocier avec l’Etat ou des personnalités influentes. Nous conscientisons toute une population sur la préservation de notre écosystème.

Midi-Madagasikara : Les descentes que vous, Tanora-HVM, avez effectuées dans les régions sont-elles des préparatifs pour les élections de 2018 ?

Rija Razafimandimby : « Depuis sa création, le Tanora-HVM veille à détecter les maux qui gangrènent le développement de cette Nation. Nombreuses sont les interventions que nous avons déjà effectuées un peu partout dans l’île. Ces descentes sont d’ordre humanitaire et social. Si l’on veut résoudre un tel, ou un tel souci dans le bon sens et dans les plus brefs délais, il vaut mieux se rendre directement à l’endroit où l’on doit porter assistance afin que les solutions apportées y soient plus rationnelles et adaptées aux problèmes vécus. Nos descentes ne doivent pas être mal interprétées. Nous nous efforçons de donner un coup de pouce à chacun de nos compatriotes, surtout à ceux qui représentent en cas social, pour qu’ils puissent, à leur tour, devenir un acteur pour le développement ».

Midi : Nouvellement mise en place, le T-HVM parviendra-t-il à couvrir le pays ?

R.R : « Je répondrai à cette question en deux réponses vu que le terme « couvrir »  occasionne deux volets bien différents. Si nous allons interpréter votre question dans le sens de la couverture en assistance et intervention, que le T-HVM projette de faire, je vous répondrai : Oui, nous parviendrons à couvrir ce pays. Oui, nous luttons contre la pauvreté, la fracture sociale, la corruption et bien d’autres ; et Oui, nous allons faire en sorte que nos actions soient à la portée de tous les Malgaches, donc partout dans notre chère patrie. Si, en second lieu, nous modifierons notre perception du terme « couvrir » par un autre sens qui sous-entendrait l’effectif de l’association par rapport à la dimension de notre pays, la réponse se vérifiera avec le temps. Le T-HVM n’a été mis en place que très récemment. Cependant, nous comptons déjà 1 250 appuis stratégiques dans toute l’île. Le T-HVM n’a jamais forcé personne à y adhérer. Je tiens d’ailleurs à souligner que nous soutenons à 100% le Président Hery Rajaonarimampianina ».

Midi : Pouvez-vous nous étaler brièvement ce que le T-HVM fait exactement.

R.R : « Fidèle à notre slogan « s’avancer vers le développement », le T-HVM est une association qui ne cherche qu’à promouvoir le cadre de vie de tous les Malgaches afin qu’ils aient l’envie, les moyens, la faculté et la motivation d’entreprendre des projets leur assurant un bel avenir. Nous dispensons des formations destinées aux jeunes qui ambitionnent de se créer des PME/PMI. Nous initions les principes de la citoyenneté dans les milieux sociaux où la perception et le stéréotypage des actions de l’Etat virent souvent à l’inimité. Nous offrons des dons aux plus démunis ainsi qu’aux travailleurs en manque de matériels. Nous assistons les femmes au foyer à reconsidérer sa vision des choses et à devenir un élément majeur dans le développement de sa famille. Ce ne sont qu’une partie, des grandes lignes, des manœuvres habituelles que nous faisons, et j’énumère tout ceci juste pour répondre à votre question, loin de moi ni l’idée de se vanter ni de faire des sarcasmes ».

Midi : Votre dernier mot.

R.R : « Soyons responsables, nous sommes le présent de Madagascar ».

Recueillis par Dominique R.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.