Hanitra Razafimanantsoa : « Le TIM est prêt pour les élections »

Jacaranda
Me Hanitra Razafimanantsoa bannit le « ni…ni ».

La députée du premier Arrondissement de Tana a réitéré hier que Marc Ravalomanana a été victime d’un procès politique. 

Le Tiako i Madagasikara (TIM) réitère la négation du « ni…ni » pour les prochaines présidentielles qui auront lieu en 2018. C’est ce qu’a souligné Me Hanitra Razafimanantsoa, députée élue dans le premier arrondissement, lors de la présentation de vœux du parti Tim de cet arrondissement, justement, samedi dernier dans le quartier général du parti à Bel’air. 

(Re)Conquête du pouvoir. Le « ni…ni » doit à tout prix tomber aux oubliettes, selon Me Hanitra Razafimanantsoa. « Le Tim est très actif et prêt à conquérir et à exercer le pouvoir », affirme-t-elle avant de continuer que « le président national du parti a d’ores et déjà déclaré qu’il va se présenter aux élections. Et le Tim du 1er arrondissement figure parmi les fervents supporters de Marc Ravalomanana. Nous faisons tout notre possible pour qu’il redevienne le président de la République ». Pour elle, il ne faut plus répéter les mêmes erreurs commises durant la transition. « Madagascar a commis une grave erreur en ayant suivi la voie du « ni…ni », ce qui a empêché tous les Malgaches de faire leur choix convenablement », a-t-elle soutenu. A noter au passage que cette règle a été établie par la communauté internationale et ne figure pas dans la Constitution. Mais pour la députée, « cette fois, personne n’est en droit d’imposer quoi que ce soit. D’ailleurs, il y a des structures étatiques chargées d’examiner les candidatures et donc de les valider ou les invalider  par la suite ».

Casier judiciaire vierge. Si jamais le régime actuel tenterait d’empêcher Marc Ravalomanana de se présenter aux élections en avançant l’argument d’un casier judiciaire sali, Hanitra Razafimanantsoa a tenu à rassurer plus d’un : « Marc Ravalomanana a été victime d’un procès politique. Jusqu’à maintenant, il n’est pas notifié de la décision du tribunal. D’ailleurs, il s’agissait d’une condamnation par défaut ». Par voie de conséquence, « le casier judiciaire de Ravalomanana demeure vierge. Le tribunal qui s’est saisi de l’affaire était incompétent car était de la transition n’ayant eu aucune base légale », conclut-elle. Notons que durant le week-end, Marc Ravalomanana s’est rendu à Ambatondrazaka.

Aina Bovel

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.