Voahangy Rajaonarimampianina – Najat Vallaud-Belkacem : Même mode vestimentaire

Le blouson Perfecto est à la mode de Tana à Paris

L’une est la Première Dame malgache, l’autre la ministre française de l’Education. Le point commun entre elles, c’est leur blouson, même s’il est peu probable que ce soit la même griffe puisque le Perfecto se décline dans toutes les marques. 

Les deux femmes portaient le même style de blouson à l’occasion de leur dernière apparition en public. La première lors de la descente chez les sinistrés à Tana et la seconde, au sortir d’un conseil des ministres à l’Elysée à Paris. Les deux descendantes d’Eve étaient vêtues d’un Blouson moto Perfecto de couleur noire. A la seule différence que celui de la maîtresse d’Iavoloha était plus ou moins matelassé.

Mannequins stars. Pour la petite histoire, ce modèle de blouson avait été créé en 1928 pour les motards en général et pour les « Blousons noirs » en particulier par la firme américaine Schott qui est le propriétaire de la marque déposée Perfecto. Un uniforme de rocker qui avait inspiré dans les années 50 des acteurs célèbres comme Marlon Brando et James Dean. Vingt années plus tard, le mouvement Punk s’était approprié le Perfecto. Avant de faire son entrée dans l’univers de la mode en 1991. Une série de clichés réalisée pour Vogue montrait en Perfecto les mannequins stars de l’époque : Cindy Crawford, Naomi Campbell, Helena Christensen, Linda Evangelista, Claudia Schiffer…

Jean slim. En somme (leurs cachets étaient élevés), des top models qui ont marqué leur temps. Contrairement à ce style de blouson au passé intemporel qui avait connu un regain de popularité en 2005 avec le rocker Pete Doherty et sa compagne Kate Moss qui le portaient avec un T.shirt et un jean slim. A l’image de Voahangy Rajaonarimampianina qui agrémentait le tout d’une paire de bottines. Et d’une longue écharpe gris clair qui ne cachait pas pour autant la fermeture asymétrique, les épaulettes et les poignets zippés caractéristiques du Perfecto.

Mode. A 10.000 kilomètres plus loin, Najat Vallaud-Belkacem ne pouvait pas porter un jean slim, encore moins un skinny, sur le perron de l’Elysée. Mais elle portait également une écharpe de couleur sombre et sans doute aussi des demi-bottes car il fait encore froid à Paris avec la saison hivernale. Comme le temps était assez frais à Tana lors du passage d’Enawo. Ce qui explique visiblement le look et « loko » commun des deux femmes qui, en plus de leur coupe de cheveux, donnent l’impression d’avoir adopté un « dress code »,  même si, en raison de leur statut, l’une va défiler sur le podium pour le mode hiver-printemps au fashion week à Paris ; et l’autre pour le mode été-hiver sous le ciel des tropiques.

R.O

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

6 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. non j’ai jamais envoyé de doublon! soyez honnête! concernant mon avis!

  2. Mais franchement avec la paupérisation qui sévit dans notre malheureux pays ,qu’est ce qu’on a vraiment à se préoccuper…..(pour être poli de la tenue vestimentaire de cette dame?)

  3. · Edit

    La baisse de niveau des journalistes fait peine…

  4. Et c’est de l’information ça pour vous? Une information capitale qui mérite d’être relayée dans un quotidien national? Euh……

  5. Merci pour l’information percutante. Donc maintenant quand on porte un jean et un blouson noir on ressemble à Belkacem. Ok d’accord.

  6. alors ça c’est du journalisme ! ! !

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.