Blanchiment d’argent : SAMIFIN reçoit dix dossiers par mois



Jacaranda

Un atelier portant sur le blanchiment d’argent, initié par le SAMIFIN, s’est tenu, hier, à l’hôtel Ibis Ankorondrano. Les participants à cet atelier sont composés notamment de magistrats et de gendarmes. Or, jusqu’à preuve du contraire, personne n’a été encore traduit devant la justice pour des raisons de blanchiment d’argent. Selon les explications du Directeur Général de SAMIFIN, Lamina Boto Tsara Dia, ce service de renseignement financier reçoit beaucoup de dossiers concernant ce sujet. « Nous recevons régulièrement des dossiers sur le blanchiment d’argent, en moyenne dix par mois en provenance des banques, seulement les enquêtes laissent à désirer ce qui fait qu’il n’y avait pas encore eu de gens qui ont été condamnés jusqu’ici. Les dossiers sont encore entre les mains des enquêteurs ». Le DG tient toutefois à souligner que cinquante cinq dossiers ont été transmis à la Justice. Toujours d’après le premier responsable du SAMIFIN, cet atelier a été organisé en partenariat avec le COMESA.

Recueillis par Dominique R.


Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.