Lettre de lecteur : L’affaire Claudine


Bmoi

L’arrestation inattendue de Claudine, cette femme originaire de Fianarantsoa et sponsor du parti au pouvoir HVM, suscite beaucoup de questions en cette période pré-électorale. Ses amis, particulièrement ceux qui sont originaires de sa région natale, ne croyaient pas à ce qui est arrivé aussi rapidement à la conseillère spéciale du président. La main invisible du Président de la République est-elle derrière son arrestation, son hospitalisation et son évacuation ? Tout le monde s’interroge. Faire la lumière sur ce dossier ne fait que commencer.

 

    L’affaire Claudine a réveillé les Malgaches dans leur lutte contre la corruption. Pour la première fois depuis leur création, le Bianco et la Chaîne pénale anti-corruption ont reçu des soutiens. Des magistrats saisissent l’occasion pour se refaire une virginité. On assiste à un éveil, à un sursaut de mobilisation. Oui à l’indépendance du Bianco et de la Chaîne pénale anti-corruption. Non à une justice sélective.

    En effet, Claudine n’est pas l’arbre qui cache la forêt, une sombre forêt de pratiques illicites : détournements des fonds publics, achats des concours administratifs, marchés publics attribués d’avance, enrichissements illicites, exportations clandestines des bois de rose, des produits halieutiques, de l’or, des zébus… Claudine n’est que le maillon faible de ce vaste système de corruption.

    Dieu a doté notre île de richesses incroyables. Mais nous sommes devenus leurs propriétaires appauvris, tout en étant assis sur une mine d’or. Nous voilà devenus l’un des pays les plus pauvres du monde à cause de la corruption, de la mauvaise gouvernance, des violations de l’État de droit, des élections falsifiées. La République de Madagascar est devenue une République de façade. Prenons-en conscience ensemble.

 

André Rasolo

Share This Post

Laisser un commentaire