Gouvernement : Retour en force de deux anciens ministres


Bmoi

Jacaranda
Remaniement partiel hier à Iavoloha.

Avec le remaniement partiel d’hier, deux anciens ministres de la Transition effectuent un retour en force ou plutôt avec …Hery.

Comme nous l’avions fait remarquer au lendemain de sa nomination au poste d’Administrateur Délégué de la Jirama, Lantoniaina Rasoloelison est un ministrable en puissance. C’est chose faite depuis hier à Iavoloha à l’occasion du mini-remaniement du gouvernement au sein duquel il est désormais en charge du  ministère de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures. La fusion entre les deux départements aurait été évoquée au retour du président de la République de sa visite d’Etat en Chine.

Transition énergétique. Après avoir été supplanté par Rivo Rakotovao à la tête du ministère de l’Agriculture, Roland Ravatomanga a été dégommé hier du ministère de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène. Il  s’efface devant Lantoniaina Rasoloelison qui était devenu ministre des Finances et du Budget après la démission du candidat Hery Rajaonarimampianina en 2013. Pressenti pour redevenir Grand Argentier, l’ex-candidat du HVM aux dernières élections sénatoriales dans la province de Tana se voit finalement confier le portefeuille d’un grand ministère technique où il sera notamment responsable de la transition énergétique.

TIM sur la touche. Pour sa part (s’il en reste), Roland Ravatomanga est mis sur la touche après avoir été  ministre depuis 2009 au titre du quota de la mouvance Ravalomanana. Huit ans après, Ra8 ou le TIM (c’est du pareil au même) n’a plus de représentant dans le gouvernement. Sa mise à l’écart s’inscrit probablement dans la perspective de la présidentielle de 2018 quoique l’ex-président de la mouvance Ravalomanana ait pratiquement flirté avec les « cravates bleues ». Prenant ses distances par rapport au fondateur du TIM qui lui avait d’ailleurs rendu la réciproque.

En coulisse. Harry Rahajason fait également son retour dans le gouvernement. Et ce, au même poste de ministre de la Communication et des Relations avec les Institutions. Rolly Mercia, car tel est son nom de plume même s’il en a plusieurs, occupait déjà le même poste durant la seconde partie de la Transition dirigée par son ex-mentor Andry Rajoelina. Il prend la place (au propre comme au figuré) de Vonison Andrianjato qui était « en sursis » à Nanisana où il ne décidait plus de rien, comme l’attestait la double nomination du DG de l’ORTM et du Directeur de la TVM qui n’était plus passée par lui. On laisse entendre que c’est Rolly qui manœuvrait déjà en coulisse depuis un certain temps.

Affaire Claudine. Le troisième nommé pour ne pas dire nominé hier à Iavoloha est Bary Rafatrolaza. L’ancien vice-ministre a été plus ou moins dégradé en devenant secrétaire d’Etat, quand bien même il serait toujours en charge de la Coopération et du Développement auprès du ministère des Affaires Etrangères. Quant au général Paza Didier Gérard, il passe carrément le flambeau du Secrétariat d’Etat chargé de la Gendarmerie au général Randriamahavalisoa Razafindramaitso Girard qui compte une étoile de moins que son prédécesseur sur ses épaulettes. Bon nombre d’analystes pensent, à tort ou à raison, que le remplacement de l’ancien SEG serait dû à l’arrestation de Claudine Razaimamonjy par les éléments de la Gendarmerie.

SMM. Le fait qu’aucun ministre réputé proche de la femme d’affaires n’ait fait les frais du mini-remaniement d’hier, semble corroborer cette analyse. C’est dire que la fugitive continue de peser de tout son poids malgré son éloignement. Une « évasion organisée », selon le Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) qui va certainement avoir son « maux » à dire sur ce mini-remaniement, au cours de son assemblée générale prévue ce jour à la salle d’audience de la Cour Suprême à Anosy, avec certainement l’affaire Claudine au rôle …d’audience. Côté défense, il y a peu de chances de revoir le ministre de la Justice surtout après sa reconduction. Ceci expliquant peut-être cela.

R. O

Share This Post

Post Comment