Code de la communication : Mise en place de la plateforme de dialogue


En marge de sa visite de courtoisie au président du Sénat, Honoré Rakotomanana, le ministre de la Communication et des Relations avec les Institutions, Harry Rahajason, a touché mot du code la communication. Il a ainsi annoncé la mise en place de la « plateforme de dialogue », qui d’après ses dires, sera  installée  le mois prochain. Il a tenu toutefois à préciser que la décision finale revient au Parlement.  Selon le ministre de la Communication, cette plateforme sera composée de trois entités, à savoir, les journalistes qui sont pour le code de la communication, ceux qui sont contre et ceux qui ne sont pas prononcés. Toujours d’après Harry Rahajason, qu’«il y aurait des discussions pour aboutir notamment à un  consensus ». Mais l’on se demande si les trois entités susmentionnées seront vraiment représentées, étant donné les divergences de point de vue entre les tenants du pouvoir et bon nombre de journalistes sur le code de la communication.

Revendications. Faut-il rappeler que lors de la célébration de la journée mondiale de la liberté de la presse, l’OJM-Tanà a proposé la mise en place d’une commission qui a pour rôle de se pencher sur les différentes revendications des journalistes concernant ce code de la communication. Ces desiderata seront-ils considérés par cette plateforme ? Et qu’en est-il également de la carte professionnelle ? Notons qu’après la Chambre haute, le ministre s’est rendu à Tsimbazaza pour rencontrer le président de l’Assemblée nationale, Jean Max Rakotomamonjy. Que ce soit à Tsimbazaza ou à Anosy, les deux chefs d’Institution se sont dits prêts à collaborer avec le ministère de la Communication et des Relations avec les Institutions. 

Recueillis par Dominique R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.