Vol de bovidés dans la région Bongolava : Monja Roindefo se fait le porte-parole des éleveurs

Jacaranda
Monja Roindefo présent à la réunion des éleveurs de zébus dans la région Bongonlava.

Après la coopérative « Mada Omby », ce fut au tour des éleveurs et commerçants de la filière zébu de la région Bongolava d’élever la voix, face à la recrudescence de vol de bovidés. Ils ont tenu ainsi une réunion avant-hier, à Tsiroanomandidy. A cet effet, ils ont l’intention d’envoyer une lettre au président de la République et au Premier ministre pour transmettre leurs desiderata. Ce communiqué de mentionner notamment que depuis 2014 jusqu’à nos jours, l’on assiste à une augmentation des vols de bovidés et de meurtres perpétrés par les Dahalo. Ces éleveurs de constater, entre autres, que le pouvoir central n’assume pas ses responsabilités pour éradiquer les vols de bovidés ainsi que la protection des biens et des personnes. Ils se plaignent également des rackets effectués par les forces de l’ordre sans parler de la Fiche individuelle de bovidés dont le coût mensuel s’élève à 150.000 ariary. Face à cette situation insoutenable, ils ont ainsi décidé de prendre le taureau par les cornes en procédant à la fermeture du marché des zébus à partir du 25 mai. Notons que c’est ce « Tsenan’omby » qui ravitaille la Capitale.

Bavures. Monja Roindefo qui a été invité par ces éleveurs pour assister à cette réunion, a notamment déclaré qu’il se dit prêt à être le porte-parole de ces derniers auprès des instances dirigeantes du pays. Il a tenu d’ailleurs à rappeler que du temps où il a été Premier ministre, il a mis de nouveau en place le Secrétariat d’Etat à la gendarmerie nationale et qu’il a été le parrain de certaines promotions de l’Académie militaire. Tout en soulignant au passage que quelques fois, il y a des bavures commises par les forces de l’ordre. Et d’enchaîner qu’il y a une rupture du contrat social entre gouvernants et gouvernés.  

Dominique R.       

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.