Me Willy Razafinjatovo : « Les dirigeants ne doivent pas recourir à la vengeance »

Me Willy Razafinjatovo dit Olala.

Autorisation de la Préfecture de police d’Antananarivo puis volte-face de cette dernière concernant la célébration du 15e anniversaire du parti de l’ancien président de la République Marc Ravalomanana. Un nouveau deux poids, deux mesures s’annonce.

La publicité a été lancée sur les réseaux sociaux et à travers les médias à peu près trois semaines avant la date à laquelle la grande mobilisation est prévue. Cette mobilisation n’est autre que la célébration du 15e anniversaire du Tiako i Madagasikara et pour laquelle aucune manifestation portant atteinte à la sûreté de l’État n’est concoctée. L’autorisation a été donnée aussitôt qu’elle a été retirée par la suite par la Préfecture de police d’Antananarivo. Jusqu’à maintenant,  Marc Ravalomanana, le président national du Tim, et les ténors du parti affichent leur détermination à ce que cette mobilisation ait lieu. Entre-temps, le maître Olala ou Willy Razafinjatovo a eu son mot à dire et à en croire ses dires, un nouveau deux poids, deux mesures s’annonce. Sur une station radio privée, il a affirmé que « quand le HVM a organisé les assises régionales à Tuléar le mois dernier, personne n’a empêché leur tenue. Pourquoi quand c’est le Tim qui souhaite célébrer ses 15 ans, on fait tout pour qu’aucune célébration n’ait lieu ? », s’est-il interrogé. Effectivement, personne n’avait interdit au parti au pouvoir d’organiser ces manifestations à Tuléar au mois de juin nonobstant l’existence du décret pris en conseil du gouvernement en date du 30 mai interdisant toute manifestation durant le mois de juin et d’un. De deux, « le Tim a demandé un lieu public fermé », a continué Willy Razafinjatovo. Les manifs du HVM étaient dans les rues.

Vengeance. Suivant de près ce scénario, la question relative à la réconciliation nationale ou la réconciliation de Hery Rajaonarimampianina et de Marc Ravalomanana (c’est selon) revêt un caractère difficile, car à en croire ce qui se passe, la culture de la vengeance serait érigée en pratique légitime. « Ce n’est pas parce que le régime Ravalomanana le faisait à l’époque que vous allez procéder de la même manière. D’ailleurs, les dirigeants ne doivent jamais recourir à la vengeance. Ils ne doivent chercher qu’à promouvoir l’intérêt supérieur de la Nation », a averti Willy Razafinjatovo. De surcroît, le motif argué par le Préfet de Police quand il a décidé de retirer l’autorisation du Tim n’étant autre que « l’existence avérée d’une préparation de troubles qui auraint lieu ce samedi». Donc, sur la base de rumeurs ou d’une information non-recoupée, une autorité est à même de prendre une décision. Quoi qu’il en soit, l’attention est focalisée sur ce qui va se passer vendredi, marche du MLE (Mouvement pour la Liberté d’Expression), et samedi, la célébration du 15e anniversaire du Tim.

Aina Bovel

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire