Qui sont nos hommes politiques ? Alain Tehindrazanarivelo : Un neurologue ménageant de la diplomatie


Bmoi

Jacaranda
Le Professeur Alain Tehindrazanarivelo, l’actuel ambassadeur de Madagascar en Ethiopie. (Photo d’archives)

L’invité du jour n’est autre que celui qui vient d’être nommé ambassadeur de Madagascar en Éthiopie. Il s’agit du professeur Alain Tehindrazanarivelo Djacoba, président de l’association politique ENINA ou Ensemble pou l’Intérêt de la Nation (Ezaka Nationaly Iarahana  en malgache). Fils des défunts Tehindrazanarivelo Djakoba et Bisary, Alain Tehindrazanarivelo est né en 1960 à Maevatanàna dans la province de Majunga. Il est marié et est le père de deux enfants. Par ailleurs, il est de confession chrétienne (Protestant).

« Médecin de souche ». Depuis plus de 30 ans, il n’a de cesse démontré sa passion pour la médecine. Il a même consacré sa vie à cette discipline dans le dessein d’aider ses concitoyens. Alain Tehindrazanarivelo porte le titre de « Professeur Agrégé en Neurologie » de CAMES ou Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (CAMES) Abidjan en Côte d’Ivoire. En 1997, il a pris les habits du Conseiller Technique au ministère de la Recherche scientifique puis Secrétaire Général du même ministère. Durant la transition conduite par Andry Rajoelina, le neurologue a d’ores et déjà assuré les responsabilités de la vice-présidence du ministère de la Santé Publique dans le gouvernement du général Camille Vital. Entre-temps, il a fondé la Société malgache de Neurologie. Le 10 novembre 2015, il est élu membre de l’Académie Nationale française de Médecine (ANM) ; parmi les rares voire le seul Malgache ayant réussi à ce niveau sur les 120 sièges et ce, dans une académie composée par des médecins, des chirurgiens, des biologistes, des pharmaciens et des vétérinaires. L’élection du professeur se fonde sur l’estime de l’ANM des travaux qu’il a effectués. Par ailleurs, le professeur est également vice-président de l’Académie africaine de Neurologie depuis 2015. Un peu plus en avant, le service de neuropsychiatrie au sein du Centre Hospitalier Universitaire d’Antananarivo l’a connu comme étant son chef et la Faculté de Médecine de l’Université d’Antananarivo comme étant son vice-doyen. Il était également directeur du Laboratoire de Neurosciences et de Santé Mentale dans cette même faculté.

Exil. A côté de la médecine se trouve la politique. En effet, Alain Tehindrazanarivelo est membre du parti AREMA de l’Amiral Rouge dont il est le médecin personnel. En 2002, lorsque Madagascar a traversé une grande crise durant laquelle Didier Ratsiraka et Marc Ravalomanana étaient les principaux protagonistes, et à l’issue de laquelle ce dernier est arrivé au pouvoir, la plupart des  ténors de l’AREMA « devaient » quitter le pays. Alain Tehindrazanarivelo en faisait partie du fait qu’il soit, à cette époque, le Conseiller spécial du gouverneur de la province autonome de Majunga en la personne de Razafindehibe Etienne Hilaire. D’avril 2002 en avril 2009, il s’exilait en France où il était responsable d’un grand établissement hospitalier parisien. « Je pensais à mes parents décédés pendant mon exil et je n’avais qu’un souhait : parcourir le pays pour retrouver mes proches que je n’ai pas vus depuis avril 2002. Pendant trois semaines, je n’ai rien fait d’autres », s’est-il confié sur Jeune Afrique. Craignant la chasse aux sorciers de l’époque, il ne pouvait faire que de rester sur le sol français. « Il m’était impossible de rentrer car je risquais d’être arrêté », se livre-t-il lors de cette interview.

Diplomatie et politique. Alain Tehindrazanarivelo occupe actuellement un poste à responsabilité de grande envergure. Comme nous l’avons annoncé un peu plus haut, il vient d’être nommé ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République de Madagascar en République Fédérale d’Éthiopie en vertu du Conseil des ministres en date du 5 juillet 2017. En parallèle, il est le représentant permanent de Madagascar auprès de l’Union Africaine et de la Commission Économique pour l’Afrique des Nations Unies (CEA). Durant la transition de 2009 à 2013, Alain Tehindrazanarivelo était membre du Conseil Supérieur de la Transition (CST) où il était à la tête de la commission des Relations Internationales. En 2013, il a fondé son propre parti politique dénommé « Ensemble pour l’intérêt de la Nation » ou ENINA qui prône « l’épanouissement social et la gouvernance partagée ». Il en a fait son leitmotiv durant les campagnes électorales des présidentielles de 2013 auxquelles il a participées. Ayant obtenu le score de 0,55% au premier tour, Alain Tehindrazanarivelo a décidé de soutenir le poulain d’Andry Rajoelina n’étant autre que le numéro trois, Hery Rajaonarimampianina.

Recueillis par Aina Bovel

Share This Post

Laisser un commentaire