Affaire Clovis Razafimalala : Le groupe Dounia n’a rien à voir


Bmoi

Jacaranda

Sur le verdict prononcé à l’encontre de Clovis Razafimalala, le groupe Dounia en général et Erick Besoa en particulier n’a rien à voir sur cette décision du tribunal. Selon ce dernier, c’est l’Etat qui s’est constitué partie civile, et ce, pour incitation à la rébellion et destruction de bâtiments administratifs. Il a tenu également à rappeler que le chef district de Maroantsetra a déclaré que depuis 2014 il n’y avait pas eu de trafic de bois de rose et les opérateurs économiques qui excellent dans ce domaine ont depuis quitté la ville. Eric Besoa de souligner aussi que l’entreprise Dounia se charge actuellement de construction navale, à son actif un bateau de 600 tonnes dénommé « Savannah IV». Ce bateau joue un rôle non négligeable pour désenclaver la région, notamment pour le transport de passagers et de marchandises. Par ailleurs, ce propriétaire du groupe Dounia persiste et signe qu’aucune poursuite n’a été déposée contre Clovis Razafimalala, en tant que responsable de l’ONG « Lampogna » ou défenseur de l’environnement. Et de réitérer que ce dernier a été poursuivi pour d’autres motifs cités auparavant tout en soulignant au passage que Clovis Razafimalala se cache derrière cet ONG.

Plaidoyer. Notons que la coalition nationale de plaidoyer environnementale (CNPE) a tenu une conférence de presse, hier, à Arrupe Faravohitra. Elle a ainsi rappelé que Clovis Razafimalala a été incarcéré le 16 septembre 2016 à la prison d’Ambalatavoahangy Toamasina. Après dix mois de détention préventive, il a été condamné à cinq ans avec sursis. Le CNPE estime notamment qu’il y a des dessous politiques dans cette affaire.

Recueillis par Dominique R.

Share This Post

Post Comment