Vitres fumées : En deux jours, 86 voitures mises en fourrière



Jacaranda

Dans l’application de l’arrêté n°9528\2007 du 16 janvier 2007, la police nationale affirme ne plus tolérer le port illégal de vitres fumées ou teintées. Le Contrôleur Général de Police Herilala Rakotoarimanana, directeur de la Sécurité publique (DSP) l’a annoncé hier à la presse lors de la présentation des résultats des deux jours d’opération orientée dans ce sens. D’après lui, la Police nationale est passée à l’acte dans la mesure où après avoir entrepris des actions de sensibilisation qu’elle a menées avec le Ministère chargé des Transports, l’Agence des transports terrestres et la Gendarmerie nationale. En effet, le 22 et 23 septembre, des policiers sont descendus dans deux points de la capitale, à savoir au Marais Massay et à Anosizato-« Fasan’ny Karana » pour procéder au contrôle des voitures portant ce genre de vitre dont l’utilisation est soumise à une autorisation spéciale selon les dispositions de l’arrêté susmentionné. Résultats, 86 sur les 368 voitures contrôlées sont illégales et ont été mises en fourrière car désormais, la sanction au contrevenant ne se limite plus, selon cet officier supérieur de police, au retrait de papiers. Cette mesure a été prise du fait qu’outre les personnes qui ignorent l’existence de cet arrêté, beaucoup de ceux qui le connaissent l’enfreignent volontairement. C’est pourquoi, le DSP rappelle que les voitures aux vitres fumées sont destinées uniquement aux Chefs d’institution de la République, aux diplomates, aux parlementaires (députés et Sénateurs, mais non pas des assistants parlementaires), aux membres du Gouvernement et aux officiers généraux en activité. A part ces personnalités, l’arrêté recommande à ceux qui veulent utiliser ce genre de vitre à cause de l’exigence de  leur statut et la particularité de leur fonction à demander l’autorisation du ministère des Transports qui est le seul habilité à statuer dans ce sens. Pour les voitures  dont les vitres sont teintées d’origine, les propriétaires doivent avoir l’aval de la direction de la Sécurité routière. Puisque le contrôle devra être poursuivi pour faire respecter la loi et pour la sécurité de tous, la Police nationale souhaite la collaboration et la compréhension de tout un chacun.

T.M.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.