Processus électoral : La contribution des journalistes vivement sollicitée

Jacaranda

Le processus électoral n’incombe pas uniquement à l’Etat ou à la Ceni. Il a été constaté et confirmé hier, lors d’une concertation organisée par Coopération Médias à l’hôtel Le Pavé Antaninarenina que les médias sont amplement exhortés à assurer leur rôle d’intermédiaire durant le processus électoral. « Les journalistes ont beaucoup de responsabilités par rapport aux élections dont la sensibilisation des électeurs à participer au processus électoral », a rappelé un paneliste. L’enjeu n’étant autre que l’augmentation du taux de participation. Rappelons au passage que pour les élections présidentielles de 2013, le taux de participation en question était dans les 50% lors du second tour, selon le rapport provisoire de la commission électorale de l’époque. La contribution des médias est donc plus qu’indispensable, mais il va falloir équiper les journalistes. Au micro, Mbolatiana Raveloarimisa explique : « Abandonner l’excès de théories est l’option, autrement rien n’avancera. Dans ce cas, professionnaliser les journalistes en les dotant des équipements nécessaires est un passage obligé ».

Code de bonne conduite. Dans cette même optique d’idée, nous  savons que la Ceni a élaboré une stratégie nationale d’éducation électorale. « Une réunion y afférente a eu lieu entre la Ceni et les techniciens ; elle a accouché du plan de mise en œuvre », a informé Fano Rakotondrazaka, rapporteur général de la Ceni. Mais un petit problème se pose. « Nous avons besoin de l’appui de nos partenaires techniques et financiers pour concrétiser cette stratégie nationale », confie-t-il. Apparemment, c’est ce qui conduit à ce manque de communication et de sensibilisation des citoyens. En fait, la communication est là, mais impacte peu sur la psychologie de l’électorat. C’est dans ce cadre que la contribution de la presse est vivement sollicitée. Au niveau du code de conduite des journalistes en période électorale, rien n’a été fait jusqu’à maintenant, mais Fano Rakotondrazaka d’indiquer que « beaucoup de tractations et de négociations sont en cours avec les organes de presse ». Lui qui ne cesse de réitérer qu’ « il ne s’agit guère de donner des leçons aux journalistes ». C’est donc un travail de longue haleine et une mission herculéenne qui ne nécessitent que l’engagement moral de tout un chacun. Aussi a-t-on appris que la société civile concocte en ce moment une émission nationale de sensibilisation des électeurs.

Aina Bovel

Blueline Air Fiber

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.