Diplomatie malgache : Aucun ambassadeur diplomate de carrière


Jacaranda

Quatre années à la tête de la magistrature suprême, le président Hery Rajaonarimampianina n’a procédé qu’à deux nominations d’ambassadeurs. Il s’agit, en l’occurrence, du professeur Alain Tehindrazanarivelo – ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de Madagascar en Ethiopie – et de Mireille Rakotomalala, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de Madagascar au Japon. Les autres ne sont autres que des chargés d’Affaires. Un « blocage diplomatique » inexpliqué nonobstant les différents périples du chef de l’Etat et les innombrables tractations en coulisses avec les chancelleries. Depuis 2014, le premier décret nommant Alain Tehindrazanarivelo est intervenu le 5 juillet 2017, le deuxième nommant Mireille Rakotomalala est sorti le 28 décembre dernier. Soit cinq mois de différences entre les deux nominations.

Recoupement « rétroactif ». Le 27 décembre 2017, un article intitulé « Diplomatie malagasy : Gros moyen humain pour un résultat mitigé » est sorti dans les colonnes de notre journal. La troisième phrase de l’article affirme qu’ « au ministère des Affaires Etrangères à Anosy, le résultat déçoit bon nombre d’observateurs car nos ambassadeurs ne sont pas jusqu’à présent nommés ». Le 28 décembre, la nomination de Mireille Rakotomalala est intervenue. A cet effet, la Présidence de la République – par le biais de sa page Facebook – estime qu’ « un meilleur recoupement des informations serait nécessaire ». Si l’article est donc paru un jour avant la nomination du nouvel ambassadeur, comment « un recoupement rétroactif » serait-il possible à moins d’un miracle ? Depuis 2015, des indiscrétions laissent entendre que plusieurs nominations d’ambassadeurs interviendront mais jusqu’à maintenant, le « plusieurs » est limité à deux seulement. Quid de l’ambassadeur qui devrait travailler à la nouvelle ambassade de Madagascar fraîchement inaugurée à Londres ? Quid de l’ambassadeur en Turquie dont les relations diplomatiques avec laquelle sont au beau fixe ? Quid de l’ambassadeur en France qui devrait « s’occuper » de la question des îles éparses ? Et la liste est loin d’être exhaustive.

Vieille pratique. Outre les problèmes liés à la nomination des ambassadeurs, le président de la République n’a pas abandonné la vieille pratique selon laquelle les ambassadeurs ne sont pas des diplomates de carrière. Et ce ne sont pas les illustrations qui manquent. Le professeur Alain Tehindrazanarivelo est un professeur agrégé en Neurologie. Mireille Rakotomalala, selon sa biographie, est une musicologue, une pianiste classique et une ancienne ministre de la Culture et de la Communication. Mais ce n’est pas tout. Paraina Auguste, l’ambassadeur de Madagascar au Sénégal est un économiste. Même topo pour Horace Constant, ambassadeur de Madagascar au Canada, qui est un expert- comptable. Zina Andrianarivelo-Razafy, ambassadeur de Madagascar aux Etats-Unis est un ancien cadre supérieur de l’entreprise Henri Fraise et Sikonina Victor, l’ambassadeur de Madagascar à Beijing n’est autre qu’un opérateur économique. Quoi qu’il en soit, obligés sommes-nous de rappeler que la nomination d’ambassadeurs est une promesse présidentielle, une promesse de Gascon.

Aina Bovel   

Share This Post

Post Comment