Accord politique : Le Président désavoue le Premier ministre

Le président Hery Rajaonarimampianina ne cautionne pas l’accord politique. (Photo Kelly)

D’après le Président de la République, les élections présidentielles se tiendront bel et bien cette année, et ce, conformément à la Constitution et aux lois en vigueur.

Comme prévu, la présentation de vœux des corps constitués et du corps diplomatique s’est tenue hier, au « Ceremony Building », à Iavoloha. Lors de son allocution, le président Hery Rajaonarimampianina a lancé des piques à certaines personnalités politiques. « Certains politiciens ne pensent qu’à semer des troubles. On parle d’une nouvelle Transition », a-t-il soutenu. Visiblement le Président de la République est contre ces deux propositions. Pourtant l’idée d’un accord politique a été véhiculée par l’ancien président Marc Ravalomanana et le Premier ministre Solonandrasana Mahafaly Olivier. Ainsi, au vu des déclarations du locataire d’Iavoloha, l’on assiste à un désaveu du Premier ministre par le chef de l’Etat.

Manipulation. Dans la même foulée, le Président de la République a également déclaré qu’il est contre la manipulation de l’information qui, selon ses dires, « attise la haine et sème la discorde». Or, d’un côté il a aussi annoncé qu’« une information libre est bénéfique à l’Etat. La critique est libre ». Des propos qui semblent contradictoires ou autrement dit, il a eu recours à la politique du bâton et de la carotte. Les réseaux sociaux n’ont pas également échappé à la règle, ainsi il s’est insurgé contre ceux qui attisent la haine des gouvernants ainsi que la diffamation. A cet effet, il propose un changement de mentalité.

Réalisations. Comme il fallait s’y attendre, le Président de la République a dressé également le bilan de l’année écoulée ou plutôt de ses quatre ans à la tête de la Nation. Il a tenu ainsi à rappeler qu’il y a quatre ans, notre pays était exsangue, se trouvant dans une période d’incertitude mais depuis, les bailleurs de fonds nous ont accordés leur confiance. Et lui d’enchaîner : « Nous sommes partis de très loin, sanctionnés politiquement et économiquement ». Par ailleurs, comme « zava-bita », il a cité ainsi les réalisations dans le domaine de l’éducation, de la santé et de l’eau potable. Force est cependant de constater la misère dans laquelle vit la majorité de la population, avec notamment la hausse des prix du riz et des produits de première nécessité, sans parler de l’insécurité qui ne cesse de gagner du terrain.

Dominique R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.