Chronique de Mickey : Rainizafimanga ou l’atavisme de l’Etat pour une famille

Jacaranda

Maxime Léon Rajaobelina est décédé. La perte pour le pays est considérée comme énorme, car voilà l’un de ses fils qui est un digne interlocuteur vis-à-vis de l’autre, surtout de l’étranger qui disparaît. Celui qui à vingt-neuf ans, à peine, a osé assumer le poste de gouverneur d’une banque centrale d’un pays « inféodé » pendant vingt-cinq ans aux impératifs des institutions de la « Zone Franc ». Et il a pu tenir la barre et maintenir les grands équilibres aux normes d’un pays crédible financièrement pendant son mandat. Mais l’épisode des investissements à outrance qui, même après le temps de réflexion, semble être légitime, a modifié les données. Pour la petite histoire, rappelons qu’en 1978, Madagascar avait l’équilibre de la balance de paiement équilibrée, c’est-à-dire qu’on n’avait aucune dette à payer et que le pays restait crédible du point de vue financier. Le franc français valait 250 FMG. Et Monsieur Léon Rajaobelina peut en être fier. Ceci, peut-être que parce « Bon sang ne saurait mentir » dit-on. Son avis de décès mentionne son ascendance à Rainizafimanga et Rasoavelo. Je me souviens personnellement du temps où j’enseignais les finances à une étudiante particulièrement brillante et quand je lui ai demandé quelle était sa paroisse, elle m’a répondu fièrement, « la Cathédrale d’Analakely !». Pour moi ceci explique cela, ce sanctuaire des grands serviteurs de l’Etat ne pouvait produire que de telles descendances. Ce lieu devenu mythique pour le protestantisme malgache et même de la bourgeoisie active l’est parce que Rainizafimanga, grand serviteur des Premiers derniers ministres de l’ancien régime a octroyé ce terrain pour bâtir cet édifice. Né en 1842 et décédé en 1912 à 70 ans, ce  « Hova », fier de l’être (Tsimiamboholahy et Tsimahafotsy) Rainizafimanga fréquenta l’école de la mission protestante et gravit tous les échelons pour en sortir enseignant, poste dévolu aux élites à cette époque. La longue liste des Rainizafimanga qui a occupé des postes de responsabilité tant au niveau du public (financier en particulier) que dans le privé en dit long sur cette tradition de servir d’abord l’Etat. Les différents gouverneurs de la Banque centrale en comptent un bon nombre ce qui prouve l’omniprésence de cette lignée dans la finance. Désappointé par la politique politicienne, peut-être, il s’est investi avec succès dans les problèmes de l’environnement, mais malgré l’âge et cette passion de toujours de servir le pays, qui, en lui est héréditaire, il est revenu aux affaires comme on dit. En bon Rainizafimanga et en digne descendant de Rajaobelina, Léon en technicien reconnu de tous n’a pas pu résister aux sollicitations jusqu’à user de sa santé.

M.Ranarivao

Share This Post

One Comment - Write a Comment

  1. Betsaka ny zavtra tokony ahitsy . Efa nahitsiko fa saingy tsy vao enregistrer, toy ny hoe, vao nianjera ny filoha Tsiranana dia FMG1 = FF100.
    Ny tenako dia efa filohan’ny KFTR ( Rainizafimanga sy Rasoavelo).
    Tsy Analakely ihany no fiangonana misy Rainizafimanga Rasoavelo fa miparitaka erak’Antananarivo.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.