Gabriel Rabearimanana : « Il y a péril en la demeure »

Jacaranda
Le SG du Monima.

Universitaire, spécialiste en Géopolitique, le SG du Monima  s’exprime sur la conjoncture. Interview.

Midi : Comment le Monima perçoit-il la situation actuelle du pays ?

Gabriel Rabearimanana (GR) : « Le président national du Monima Monja Roindefo avait tiré la sonnette d’alarme dès début juin 2015. A la suite de la motion de déchéance contre le président de la République votée par une forte majorité de députés, il avait estimé et déclaré publiquement que la rupture du contrat social entre les dirigeants et les citoyens était consommée. Le pays est entré en crise, avait-il affirmé alors. En ce début d’avril 2018, alors que nous venons de commémorer l’insurrection du 29 mars 1947 contre le colonialisme, à laquelle ont participé les membres du JINY, et celle du 1er avril 1971 contre le néocolonialisme, déclenchée par le président Monja Jaona et le Monima, le Bureau central estime qu’« il y a péril en la demeure Madagascar ».

Midi : Pour quelles raisons ?

GR : « Le problème fondamental de l’extrême pauvreté, signe d’une économie en berne ne connaît pas un début de solution. A cela s’ajoutent l’augmentation exponentielle du coût de la vie et l’irresponsabilité de quelques richissimes mégalomanes politiques qui se prennent pour des messies. Ils se sont engouffrés sans vergogne dans une précampagne illégitime. Leur comportement est dicté par la volonté de rester par tous les moyens au pouvoir ou de le conquérir à nouveau à n’importe quel prix. Non pour servir l’intérêt général, mais pour assouvir leurs ambitions personnelles et/ou les intérêts de leurs partisans. Ces présidentiables autoproclamés ont déjà mis en route une terrible logique d’affrontements que le Monima déplore. Une telle dynamique est dangereuse non seulement pour la tenue sereine et souhaitable des élections, mais aussi et surtout pour la paix civile dans le pays ».

Midi : Que fait et que propose votre parti ?

GR : « Le Monima est en mode « réorganisation – mobilisation »  pour faire face à n’importe quelle éventualité dans la situation actuelle. Dans toutes les régions et communes où le parti est présent, nos militants et nos cadres prennent leurs responsabilités dans la lutte contre l’énorme crise sociale que subissent 90% de nos compatriotes. A cet égard, les activités commémoratives du 1er avril 1971 qui s’étaleront jusqu’en juin 2018, veille de la tenue du Congrès national du 60e Anniversaire, témoignent de la vitalité du parti ».

Midi : Quels seront les moments forts de cette commémoration ?

GR : « Le 14 avril prochain, à Tsiroanomandidy, en sa qualité de Président d’honneur de l’Association FIMPIOMBY, Monja Roindefo participera à une grande manifestation populaire portant sur la lutte pour l’instauration de la sécurité de la filière bovidés et des activités qui lui sont connexes…

Le 4 mai 2018 à Antanimora Ambovombe, en marge de l’inauguration d’une stèle en l’honneur des martyrs du 1er avril 1971 dans cette partie de l’île, organisée par les responsables locaux, le président national du Monima animera un atelier régional sur le sujet brulant du redressement social et économique de Madagascar. Ces deux moments forts de nos activités s’inscrivent dans la préparation du Congrès national. Car aux risques de  décevoir les adversaires du vrai changement qui ont toujours cherché et cherchent encore à enterrer ce parti créé par le leader charismatique Monja Jaona et ses compagnons il y a 60 ans, je souligne que nous préparons en ce moment le Congrès national du 60e anniversaire du parti qui se tiendra en juillet (juillet 1958 – juillet 2018) ».

Midi : Monja Roindefo sera-t-il de nouveau candidat à la présidentielle et le Monima participera-t-il aux législatives ?

GR : « C’est le Congrès national qui validera la version actualisée de « Madagasikara Mahafinaritra ho an’ny Vahoaka Malagasy », projet de société élaboré depuis 1994, et s’inscrivant dans la droite ligne des fondamentaux de la lutte patriotique menée par nos illustres aïeux, et dont nous voulons être les principaux dépositaires. C’est le Congrès qui décidera si Monja Roindefo qui s’y prépare, sera candidat ou non aux Présidentielles. Nous déciderons aussi pour l’occasion des candidatures aux Législatives, car en tant que parti démocratique, le Monima est acquis au principe des élections ».

Propos recueillis par R.O

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.