Edgard Razafindravahy : Référendum avant les élections



Jacaranda
Edgard Razafindravahy avec la population de Soavina hier.

L’ancien PDS d’Antananarivo propose un référendum avant toute élection, pour une vraie refondation de Madagascar.

Le président national du parti ADN (Antoka sy Dinan’ny Nosy) Edgard Razafindravahy a proposé une solution pérenne à la crise politique actuelle. C’était hier lors de sa descente dans la commune rurale de Soavina, district d’Antananarivo Atsimondrano. Pour l’ancien PDS de la commune urbaine d’Antananarivo, il n’y a qu’une seule solution pour départager les politiciens qui s’entredéchirent dans un combat politique sans merci: demander l’avis de la population par la tenue d’un référendum. « Il est temps de revenir à la base pour demander l’avis de ceux qui ont prêté le pouvoir aux dirigeants. C’est au peuple de décider. », a déclaré Edgard Razafindravahy. Avant de poursuivre : « Ce référendum devra précéder la refondation de la République. On ne peut pas donc imaginer une vraie refondation sans permettre au peuple de s’exprimer à travers cette consultation à la base. »

Au niveau des « Fokontany ». Le président national de l’ADN a demandé à ce que ce référendum soit organisé par un organe neutre et véritablement indépendant. « Les ‘Fokontany’ devraient  jouer un rôle important dans l’organisation de ce référendum. On peut même créer une sorte des comités au niveau des ‘Fokontany’. Ces comités pourront apporter leur contribution à la tenue de cette consultation populaire. Quant au parti ADN, nous sommes également prêts à y contribuer. », a-t-il souligné. Edgard Razafindravahy a lancé hier depuis Soavina un appel à l’endroit de la majorité silencieuse, des organisations agissant dans la protection des droits de l’Homme, des entités de la société civile, des « ray aman-dreny » et des partis politiques à soutenir la solution proposée par l’ADN. « La refondation politique de Madagascar devrait passer par là. », a réitéré l’ancien PDS d’Antananarivo.

Accord politique. Pour le parti ADN, un éventuel accord politique conclu uniquement entre les politiciens qui sont à l’origine de la crise politique actuelle ne pourra jamais constituer une solution pérenne pour le pays. « Les protagonistes de la crise actuelle et leurs partisans ne sont pas en mesure de trouver une solution qui répond aux attentes de la majorité des Malgaches. Car ils ne représentent  qu’une partie de la population. Et encore, toute précipitation à organiser des élections dans les conditions actuelles expose toujours Madagascar aux risques d’une nouvelle crise politique. Chaque camp campe sur ses  positions. Cette situation ne va jamais apporter l’apaisement. Il y a toujours péril en la demeure. », a fait constater hier Edgard Razafindravahy. Bref, l’ADN propose un référendum avant les élections.

R. Eugène


Share This Post

2 Comments - Write a Comment

  1. pourquoi simuler un referendum-ils faut une loi qui vraiement soigne le cancer qui gangrene les 92%-madagascar est tres riche mais ses dirigeants et politiciens sont trop egoistes-pensez a ces mallettes qui sont passees a tsimbazaza avant avril 2018 l’affaire iles epararses soamahamanina et autres ces communes qui delogent la population du terrain communal au profit des nantis najtionaux et etrangers or que la premiere mission de la commune est de soulager ou subvenir la population

  2. Pauvre ex-Pds qui voudrait bien devenir porte-parole de quelque chose et a fini dans les contradictions du fédéralisme : partir d’un Etat pour « fédérer » (= unir ?) des futurs-Etats-imaginaires ☺…
    Drôle de fédéralisme, il n’y a qu’à Madagascar qu’on peut être aussi abracadabrantesque.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.