Alain Rabemananjara : Appel au FFKM pour la réconciliation nationale

Jacaranda
Pour le CDE, la vraie réconciliation nationale est celle dirigée par le FFKM.

Le Club Développement Ethique (CDE) s’exprime par la voix de son président, pour la résolution de la crise actuelle après la Décision de la HCC.

« Madagascar vit actuellement une nouvelle crise politique, la 3ème en 16 ans. Un palmarès bien plus désolant pour l’image de la Grande Ile qui vit tant du « Fihavanana » de son peuple pour faire valoir sa particularité au-delà des frontières maritimes. Le pays n’a de cesse de chuter à chacune des querelles politiciennes de la classe politique ». Le président du CDE, Albain Rabemananjara car ces propos sont de lui, de continuer que « les politiciens malgaches, sont les mieux placés pour savoir que les conséquences d’une telle crise sont difficiles à effacer. De ce fait, le CDE clame qu’ « il est temps que les crises cessent et leurs prémices éradiqués ». La HCC a déjà imposé une porte de sortie à la crise actuelle en faisant appel aux acteurs de s’entendre pour une issue consensuelle, souligne-t-il. « Pourtant, la situation semble être au point mort et les surenchères quotidiennes risquent à tout prix de compromettre la résolution de la présente crise. Mais le Club Développement et Ethique n’est pas d’avis qu’on rate l’occasion actuelle qui se présente pour avancer vers une résolution pérenne des crises ».

73 députés. « La nomination du prochain Premier Ministre devrait ainsi lancer le processus de sortie de crise », selon Albain Rabemananjara. Cette nomination ne devrait pas être, ajoute-t-il, un blocage pour la sortie de crise si les acteurs sont conscients de leurs responsabilités respectives dans la résolution. Et de rappeler que « le Premier Ministre devrait être présenté par les députés issus du parti ou groupe de partis majoritaires » selon les dispositions de l’article 2 de l’Avis n°01-HCC/AV du 17 février 2014 de la HCC portant interprétation des dispositions de l’article 54 de la Constitution. A son avis, « une coalition de partis est nécessaire pour constituer la majorité afin qu’on puisse avancer dans les résolutions ». Suivant la Décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018 relative à une requête en déchéance du Président de la République Hery RAJAONARIMAMPIANINA, il revient au MAPAR, au TIM et le VP/MMM de proposer au moins 3 noms de Premier ministrable. Albain Rabemananjara estime que « les 73 députés, initiateurs du mouvement de contestation des lois électorales sont des acteurs incontournables dans le processus de sortie de crise ».

Gouvernement. « La prochaine formation gouvernementale devra donner l’image et témoigner de la volonté des acteurs politiques de rouler vers l’apaisement, condition sine qua non pour conduire le pays vers la résolution pérenne des crises récurrentes », souligne le numéro Un du CDE. En faisant remarquer dans la foulée que le plus grand chantier qui attendra alors le prochain gouvernement, est l’instauration d’un climat propice aux prochaines élections et, surtout, de faire en sorte que ces consultations devraient être « justes, transparentes, libres et acceptées par tous ». A cet effet, le CDE suggère que les membres du prochain gouvernement, issus majoritairement de politiques MAPAR, TIM, VP/MMM et D73, ne devraient en aucun cas se présenter aux prochaines élections présidentielles de sortie de crise, ni de faire propagande en faveur d’un candidat, afin de garantir leur neutralité et de préserver l’intérêt supérieur de la Nation.

FFKM. La réconciliation nationale reste toujours le credo du CDE pour mettre sur les rails le pays qui est laminé par les crises et relancer une économie en catastrophe. Le président du Think Tank lance ainsi « un appel au Conseil œcuménique des Eglises chrétiennes (FFKM) pour consolider les acquis de ces dernières années en matière de réconciliation nationale et de refondation de la Nation et de la République ». Le FFKM a déjà initié plusieurs consultations depuis 2013 dans le cadre du processus de réconciliation nationale. Reprenant la position qui a toujours été celle du CDE, Albain Rabemananjara plaide alors pour une sortie de crise d’actualité et pour la mise en place de la vraie réconciliation nationale dirigée par le FFKM afin que Madagascar ne plonge plus dans de nouvelles crises. Pour cette association de la société civile, la source des problèmes politiques du pays est plus profonde qu’on ne veuille le laisser croire. Il pense ainsi que « les négociations qui sont en train d’avoir lieu sous l’égide du Conseil Fihavanana Malagasy (CFM) ne vont pas dans ce sens car elles sont biaisées et orientées ».

Propos recueillis par R. O

Share This Post

One Comment - Write a Comment

  1. tsy ilaina zany resaka ffkm na cfm. Politika mombany fanovana sy fandrosona ho any malagasy no ilaina.Tsy ekena intsony ny resaka arrangement ataony reo pions rehetra tsy anatiny antoko politika zay miray tsikombakomba aminy fitondrana depuis l’indépendance.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.