Leader Fanilo : Le conseil national pour une alternance positive



Jacaranda
Les 22 régions ont été toutes représentées, lors de ce conseil national du Leader Fanilo.

Plus de 600 congressistes ont participé à ce conseil national et les 22 régions du pays y ont été représentées.

Le Leader Fanilo a tenu son conseil national ordinaire les 1er et 2 juin dernier à Ambositra. Le président national de ce parti, Jean Max Rakotomamonjy a expliqué que le choix de ce chef-lieu de région a été dicté par le fait qu’il s’agit de la ville natale du feu Herizo Razafimahaleo, fondateur de cette formation politique. Il a, en outre déclaré que ce parti est pour une alternance positive, et ce, par le biais des élections. D’ailleurs, ce parti a été toujours présent à toutes les échéances électorales. Lors de ces assises nationales, l’on a procédé également à l’élection du président national de ce parti, Jean-Max Rakotomamonjy a été reconduit à son poste. Notons que le renouvellement du bureau  national se fera ultérieurement.

Décentralisation effective. Lors de son discours de clôture, le président national a martelé que seule la décentralisation effective est la solution pour le pays. « Il faudrait laisser à chaque région de prendre en main sa destinée » a-t-il soutenu. Il n’a pas manqué également de parler de la jeunesse qui représente 60% de la population, il a ainsi fait savoir qu’« il incombe aux ‘raiamandreny’ de penser à l’avenir des jeunes. Il ne faudrait pas les laisser livrés à eux-mêmes ». Et lui de souligner au passage qu’« il devrait y avoir un fonds d’appui et de soutien pour la jeunesse que ce soit dans le domaine de l’agriculture, de l’élevage et de nouvelles technologies ».  Il a touché mot aussi sur les affaires nationales, il prône notamment l’apaisement et le dialogue. « Le Leader Fanilo est prêt à apporter sa contribution », a-t-il indiqué.

Lutte contre la pauvreté. De son côté, le vice-président national Toto Vincent a déclaré que  pour le Leader Fanilo c’est « faire de la politique autrement ». Avant  de se demander « où en sommes-nous dans la lutte contre la pauvreté, l’insécurité, mais aussi l’éducation ». Pour en revenir au conseil national, il y avait eu trois commissions, lors de ces assises, commission politique idéologie et orientation, la commission vie de parti, redynamisation du parti et commission gouvernance et développement, social et économie. Toujours est-il que d’autres politiciens ont fait le déplacement. Il s’agit notamment de Voninahitsy Jean Eugène (Rpsd-Vaovao), Saraha Rabeharisoa (Parti Libéral et démocrate) et Tsaranazy Jean Emile (Arema).

Dominique R.

Share This Post

5 Comments - Write a Comment

  1. L’existence d’un nouveau parti politique est très importante mais pas nécessairement TIM et le MAPAR

  2. Le pays malgaches a besoin des parti politiques d’autre que le TIM et le Mapar, laisse les autres faire sont travail pour le bien du pays car les TIM et MAPAR ont tous détruit.

  3. une nouvelle vision pour la vie politique de Madagascar d’avoir un nouvelle partis politiques comme celle ci et se concurrencer face aux MAPAR et le TIM qui detruit l’avenir du pays actuel

  4. Madagascar a besoin du développement c’est pourquoi les partis politiques doivent agir et se progresse. Seul le TIM et le MAPAR ne sont pas de la même avis, ils pensent s’en sortir tout seul alors ce sera le contraire

  5. Une telle réunion. « Faire de la politique autrement » une phrase intéressante. Une autre façons de voir la politique c’est quand même intéressant. Passé dans une politique de décentralisation effective. Le leaders Fanilo a marqué un point sur cette affirmation. Les autres partis politiques comme le MAPAR ne cherchent que du profit alors que les autres comme Leader Fanilo approuve des idées. Une équilibre entre les partis politiques sera possible.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.