Election présidentielle : Les règles du jeu pas encore précisées



Jacaranda
Le second tour risque de tomber à l’eau à cause de la pluie.

Une semaine après la publication de la date du premier tour et de celle du second tour, les décrets d’application tardent à sortir.

Lors de la dernière présidentielle, l’Exécutif a pris le 12 mars 2013, les décrets portant respectivement convocation des électeurs ; fixant les conditions d’application des dispositions de la loi organique relative à l’élection du président de la République ; et fixant les modèles de certaines pièces à fournir par tout candidat à l’élection du président de la République. En somme, les trois textes réglementaires étaient sortis sept mois et demi à l’avance par rapport au premier tour qui a été organisé le 25 octobre 2013.

Quatre mois. Pour la présidentielle de 2018, les règles du jeu restent à préciser alors qu’on est à quatre mois de l’échéance du 7 novembre. Une anticipation d’à peine deux semaines par rapport au premier tour du 25 octobre 2013. Quant au second tour du 19 décembre 2018, il n’est pas du tout anticipé car il avait eu lieu le 20 décembre 2013. Force est alors de se poser des questionnements sur les raisons qui ont amené le gouvernement Ntsay Christian à choisir les dates du 7 novembre et du 19 décembre 2018 pour les deux tours du scrutin, alors que la Décision du 28 mai 2018 de la HCC dispose en son article 8 que « le gouvernement de consensus mis en place arrête avec la CENI, l’organisation d’une élection anticipée durant la saison sèche au cours de cette année 2018 mais sous réserve de possibilités techniques, matérielles et financières réelles assurant des élections libres, honnêtes et transparentes ».

Taux d’abstention. Pareilles possibilités qui auraient dû être assurées bien avant car si les élections n’étaient pas anticipées, elles se seraient tenues presque à la même période de l’année. Ce n’est pas une anticipation de quelques jours qui aurait chamboulé les prévisions techniques, matérielles et financières. Ce qui risque d’être perturbé, c’est le second tour qui interviendra en pleine saison de pluie. Au risque de doucher l’ardeur des électeurs à se rendre aux urnes avec ce que cela pourrait impacter sur le taux d’abstention ou de participation. C’est selon.

R. O

Share This Post

9 Comments - Write a Comment

  1. Justement, face à cette discipline sur l’élection, il faut viser bien à l’œil que Andry a déjà désobéit, car il s’est présenté déjà avec son projet IEM sous forme de propagande!

  2. Le gouvernement essaie d’appliquer la loi mais il y a des candidats qui ne respectent pas la loi, donc il devrait être punissable de violer la loi

  3. Certain candidat en profite de cette retard. Mais, c’est la peine perdu car ce sont des mauvais candidats. Le choix des citoyens est déjà fait.

  4. oui mais ce n’est pas une raison pour contredire la loi comme le fait Andry Rajoelina.

  5. Voilà pourquoi les souris arrivent toujours à faire des visites des régions pour leur pré campagne! Il faut mettre en place dès maintenant les disciplines pour baliser la propagande!!!

  6. #james l’election est comme la course , ce candidat Rajoelina a peur de ne pas réussir à l’arrivé , et il a fait ce propagande pour s’entrainer et pour que ses concurants ne peut pas le depasser!

  7. Il y’a encore des étapes à terminer pour la mis en oeuvre de l’élection alors que certains ont déja montrés leurs irregularités , y compris Andry Rajoelina !

  8. même si les règles de l’élection sont déjà précisées, Andry Rajoelina à toujours son habitude d’être un homme illégale. Il pense qu’il est aux dessus de la loi

  9. pourquoi la lois électoral n’est pas encore identifié mais il y a déjà des candidats
    faire de la propagande

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.