Affaire CEG Analamahitsy : Lalao Ravalomanana va porter plainte

Jacaranda
Le maire Lalao Ravalomanana victime pour la énième fois d’une désinformation.

Le maire Lalao Ravalomanana est pour la première fois victime d’une campagne de désinformation et de dénigrement.

« Le maire d’Antananarivo Lalao Ravalomanana n’a signé aucun acte de vente du terrain sur lequel est construit l’actuel CEG d’Analamahitsy. » C’est ce qu’a martelé hier devant la presse le 1er adjoint au maire Emilien Ramboasalama face à ce qu’il qualifie de désinformation « ayant une visée purement politique ». Après cette conférence de presse, le maire Lalao Ravalomanana, accusée de vendre ledit terrain à un particulier, a décidé de porter plainte contre les auteurs de cette désinformation. Depuis hier, quatre documents circulent dans les réseaux sociaux. Le premier document montre la situation juridique du terrain. Le deuxième n’exhibe que les signatures du ministre de l’Education nationale Horace Gatien et du maire d’Antananarivo Lalao Ravalomanana. Le troisième document n’affiche que les articles 7, 8 et 9 qu’une quelconque Convention, sans les articles 1, 2, 3, 4, 5 et 6. Et le quatrième document ne montre que la première page de cette convention sur laquelle est inscrit : Convention de partenariat pour la construction d’un collège d’enseignement général, Analamahitsy, Antananarivo. »

Vente de terrain. Dans ces quatre documents expressément et intentionnellement véhiculés dans les réseaux sociaux, aucune mention n’est faite sur la vente du terrain par la commune urbaine d’Antananarivo. Les auteurs de la désinformation ne parviennent pas à montrer un acte de vente signé par le maire Lalao Ravalomanana. « On veut tout simplement salir l’image du maire Lalao Ravalomanana sur un fait qui n’a même pas existé. C’est une pure désinformation.», a réitéré hier à l’hôtel de ville à Analakely le 1er adjoint au maire Emilien Ramboasalama. Aujourd’hui au CEG Analamahitsy, une conférence de presse sera conjointement organisée par la commune urbaine d’Antananarivo et le ministère de l’Education nationale. Ce sera le moment de la vérité. Une occasion certainement pour les deux parties de couper court aux fausses informations sur cette affaire. En tout cas, on a appris hier que le maire Lalao Ravalomanana ne laissera pas impunis les auteurs de la désinformation.

R. Eugène

Share This Post

7 Comments - Write a Comment

  1. Mais pourquoi Ravalomanana a déposé une plainte, mais il ne devrait pas être impliqué dans cette affaire

  2. Ny olona jiaby samy miteny ze tiany hambara. zaka fa hitapoko zao fa tsy fitiavana andRavalomanana no ambidikio tsaho ahely io de mbola tsy tonga saina ihany ry bado be tsikera isany.

  3. Efa iaraha-mahalala anie fa ny antoko TIM sy ny taranany dia tsy maintsy mahita atao fona ankorontanana ny fiaraha monina e. Ary misy ambadika politika mihintsy ao ambadik’izao amiko .

  4. notre maire était déjà le première dame de Madagascar qui a vendu tellement de terrain malagasy au étranger pour son intérêt personnel c’est pas étonnant que maintenant elle veule vendre le terrain du CEG Analamahintsy

  5. En réalité, Lalao Ravalomanana ne devrait pas prendre en compte un tel cas,parce que cela fait partie du ministère de l’intérieur à traiter de tels problèmes.

  6. c’est vraiment une mal attendu, il ne faut pas confronter l’affaire social dans une affaire politique. C’est le faits comme ça que les politiciens profite dans la vie. Dommage

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.