Cour spéciale de bois de rose : 79 dossiers à traiter en six mois

Les membres de la Cour spéciale de bois de rose et bois d’ébène.

La cérémonie de mise en place officielle des membres de la Cour spéciale qui traitera les affaires de bois précieux ou les exportation illicites d’animaux en voie de disparition ou protégés s’est tenue hier, à la Cour suprême  Anosy.

Les magistrats qui composent la Cour spéciale présidée par Rosiane Natacha Rakotomanga sont au nombre de huit. En marge de la cérémonie, le ministre de la Justice Noro Vololona Harimisa a tenu une conférence de presse. Lors de cette rencontre avec les journalistes, elle a notamment déclaré à l’endroit de nouveaux membres de cette chaîne spéciale que, leur mission n’est pas de tout repos. « Vous devriez faire face à toutes sortes de pressions voire même de menaces. Il y a de gros bonnets impliqués dans le trafic», a-telle indiqué tout en soulignant au passage que « 79 dossiers vous attendent et vous n’avez que six mois pour les traiter ». Soit 13 dossiers par mois. Par ailleurs, elle n’a pas hésité à dire aux membres de cette Cour spéciale qu’elle ne tolérerait pas ,si jamais, elle entendrait dire qu’il y ait corruption au sein de cette juridiction. « Tolérance zéro », a-t-elle martelé.

Infractions forestières. L’installation de cette chaîne spéciale rentre dans le cadre du plan d’action CITES (convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction) ; des espèces de bois précieux « ébène, palissandre et bois de rose » de Madagascar qui figurent dans l’annexe II, donc interdits d’exportation. Notons que le ministère de la Justice, de par sa mission d’assumer la primauté de droit, d’œuvrer pour la restauration de l’Etat de Droit, joue un rôle clé dans le cadre du renforcement de l’application de la loi sur les infractions forestières. La loi N° 2015-056 du 03 Février 2016 relative à la création de cette chaîne et à la répression des infractions relatives aux bois de rose et aux bois d’ébène a été adoptée. Faisant suite à cette adoption le 17 Décembre 2017, le processus d’opérationnalisation de la chaîne spéciale de lutte contre le trafic de bois de rose et/ou d’ébène a été lancé. Toujours est-il que cette cérémonie a vu la présence du commissaire général de la loi et des Premier Président et Procureur Général de la Cour Suprême.

Dominique R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.