Pety Rakotoniaina : Requête auprès de la HCC



Jacaranda

La marque est tombée pour Pety Rakotoniaina. Hier, le leader du « Hetsika ho Fanorenana Ifotony » (HFI) s’est rendu auprès de la Haute Cour Constitutionnelle pour demander l’avis de la HCC sur la juridiction devant laquelle l’on pourrait déposer une plainte contre Andry Rajoelina. En effet, l’ancien Maire de Fianarantsoa accuse l’ex-président de la Transition de détournement et d’enrichissement illicite. Ces derniers temps, le leader du HFI qui se revendique un « Hetsi-bahoaka » même  le mouvement n’est suivi que par une vingtaine d’individus, se lance dans une véritable campagne de dénigrement et/ou d’acharnement contre le numéro Un du MAPAR. De par ses agissements, bon nombre d’observateurs l’accusent de « mercenariat politique ». Désormais, il ne réclame plus le report, voire l’annulation de la Présidentielle, il cherche plutôt la disqualification d’Andry Rajoelina qui n’est autre que celui qui l’a sorti de prison en 2009 après avoir été condamné à 10 ans de travaux forcés par le régime Ravalomanana en 2008 pour l’affaire du coup d’Etat manqué à la BANI. Pety Rakotoniaina a également été condamné par la Cour Criminelle Ordinaire à l’époque pour d’autres affaires. Pour ne citer que l’affaire du vol de voitures administratives qui lui a valu une condamnation à cinq  ans d’emprisonnement ferme.

Troubles. Pour revenir à la requête déposée hier à Ambohidahy, nul n’ignore que Pety Rakotoniaina n’est pas habilité à saisir la Cour constitutionnelle car selon l’article 119 de la Loi fondamentale, « La Haute Cour Constitutionnelle peut être consultée par tout Chef d’Institution, et tout organe des Collectivités Territoriales Décentralisées pour donner son avis sur la constitutionnalité de tout projet d’acte ou sur l’interprétation d’une disposition de la présente Constitution ». A noter également que le président du Tambatra n’est pas à son premier coup d’essai pour troubler un processus électoral. Durant la Présidentielle de 2006, il a provoqué des troubles en érigeant des barrages à Fianarantsoa. Un agissement qui lui a valu une arrestation suivie d’un emprisonnement à la maison de Force de Tsiafahy après un mois de traque. En 2015, il a également été condamné à un an d’emprisonnement ferme pour avoir perturbé les élections communales à Fianarantsoa. A l’allure où vont les choses, il risque de subir le même sort puisque son mouvement HFI dit non à la tenue du scrutin, et cherche tous les moyens pour provoquer des troubles préélectorales.

Davis R

Share This Post

One Comment - Write a Comment

  1. Lequel des actuels grévistes auraient raison ? Nul

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.