« Vina Antsika Madagasikara » : Jean Omer Beriziky favorise le Tourisme



Jacaranda

Le tourisme est le second secteur rapporteur de devises pour la nation malgache . Selon les statistiques de l’Office National du Tourisme de Madagascar (ONTM), chaque touriste éjecte en moyenne 900 dollars sur le flux monétaire national. C’est la raison pour laquelle Jean Omer Beriziky classe, parmi ses priorités, le développement du secteur tourisme dans son programme et le projet de société « Vina Antsika Madagasikara ».

En réalité, la préoccupation de Jean Omer Beriziky (Job) pour le tourisme n’est pas tout simplement une vision, c’est une réalité qui date depuis qu’il était Premier ministre. A cette époque, il a relancé et accentué la participation de Madagascar dans le concept « Iles Vanille », une présentation conjointe des  destinations des quelques  îles de l’Océan Indien, entre autres l’ île Maurice, les Seychelles, la Réunion et Madagascar, en 2011 et 2012. De plus, c’est en 2012 que le Gouvernement Beriziky en collaboration avec l’ONTM, a lancé pour la première fois à Madagascar la première édition du Salon International du Tourisme de Madagascar (ITM), une rencontre des parties prenantes dans le secteur tourisme à Madagascar, et laquelle dans le temps a pris deux grands projets dans le secteur  tourisme: la mise  en place d’un système de package de voyage pour la destination Madagascar, surtout durant la saison basse, et la promotion de la Destination Madagascar partout dans le monde. c’est ainsi que le gouvernement Job a promu Madagascar dans plusieurs supports, en l’occurrence, les insertions de la « Destination Madagascar » dans des guides et des livres spécialisés dans le secteur tourisme, la participation de Madagascar dans  des grandes rencontres du Tourisme dans le monde entier comme le salon du tourisme de Vakantiebeurs en Hollande en 2012, le salon mondial du Tourisme (ITB) en 2012 et 2013 au Berlin, le salon « Meilleures Destinations Mondiales » à Paris en 2012.

2 500  dollars. Et les résultats escomptés par l’équipe de Job, étaient au rendez-vous en 2012 et 2013, car selon les archives de l’ONTM, en 2010, le nombre de touristes arrivés à Madagascar était de 192.000 touristes, et le taux d’occupation des hôtels et autres centres d’hébergement était juste de 35%, provoquant une perte colossale aux propriétaires d’établissements hôteliers et aux autres activités annexes au tourisme (locataires de voitures, restaurateurs, les guides nationaux ou locaux, les artisans). En 2012, le nombre de touristes à Madagascar atteignait les 265.942. Ce qui fait que le tourisme a pu réunir plus de 280 millions de dollars, soit environ 2.500 milliards d’Ariary. En 2013, l’Agence Lonely Planet, la première agence mondiale spécialisée dans le tourisme classait la « Destination Madagascar » dans le TOP 10 des meilleures destination dans le monde.

Sécurité. Mais la promotion de la « Destination Madagascar » en soi n’a pas pu aboutir à un tel résultat.  Le côté sécurité jouait un rôle très important dans cette amélioration. Et il était palpable que durant le temps du gouvernement Beriziky, il n’a jamais toléré  l’insécurité. Il n’y a pas eu de kidnapping, moins de vols à la tire. Les opérateurs et les agents touristiques se sentaient en sécurité aussi bien sur les routes nationales  que sur les routes secondaires menant dans les différents sites touristiques. Nous savons sans doute,  qu’en 2012 et en 2013, les grands ports de Madagascar ont vu l’accostage de quelques bateaux de croisière amenant à son bord plus de 3000 touristes comme le Costa Romantica. Le nombre de touristes arrivés dans la Grande  Ile a doublé par rapport à ceux des années 2009 et 2010. Job l’a toujours affirmé « la biodiversité de Madagascar et son histoire font de Madagascar une destination touristique hors pair  ». C’est ainsi que le tourisme prendra,  chapitre entier dans son programme, le projet de société dénommée « Vina Antsika Madagasikara ».

Recueillis par Dominique R.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.