60 ans de la République : Célébration le 3 novembre à Mahajanga, après Antananarivo  

Jacaranda
La célébration du 60e anniversaire de la République a été rééditée à Mahajanga par l’association « Bâtir la République ».

Expositions, conférences, débats ont été au programme de la célébration du 60e anniversaire de la République malgache, organisée par l’association “Bâtir la République”.

Après le succès du premier événement à Antananarivo, cette association a réédité une nouvelle journée de célébration à Mahajanga, dans les locaux de la Chambre du Commerce et de l’Industrie. Dans la Capitale, la “Semaine de la République” s’est tenue du 14 au 20 octobre dernier à la Gare Soarano, comportant une exposition photographique de Dany Be, Raj Hassanaly, Rijasolo et Henitsoa Rafalia et un débat autour du thème “République et Citoyen”. Durant cette première célébration, plusieurs idées ont été évoquées et débattues en présence de panélistes connus et de représentants d’organisations de renommée. Selon les organisateurs, 200 personnes ont participé pleinement aux débats à Antananarivo, que l’assistance a qualité de débats très ouverts avec des intervenants variés et qualifiés. « L’objectif de l’association “Bâtir la République” est de promouvoir les idées socles de la République et de la Citoyenneté. Etant un laboratoire d’idées ouvert aux citoyens malagasy, elle a réédité l’événement à Mahajanga. Si le format de l’événement s’est réalisé sur une journée, le 3 novembre, la volonté d’échanger avec le maximum de citoyens de la Grande Île se poursuit davantage », ont affirmé les représentants de l’association.

Intérêts. Parallèlement à une exposition numérique sur écrans montrant les photos de l’édition tananarivienne, les Majungais ont participé aux débats animés par quelques panélistes, notamment la journaliste Vanessa Zafimahova, le juge au Tribunal Administratif Rasolonandrasana Georges Merlin, le Pr Rabesa Zafera et l’écrivaine Michèle Rakotoson, qui ont exposé leurs opinions sur les thèmes tournant autour de la République et la Citoyenneté. Des thèmes qui ont d’ailleurs passionné les citoyens de la Ville du Soleil. Certes, la perception de ces thèmes varie en fonction des régions de Madagascar, ce qui donne tout l’intérêt de ce déplacement organisé par l’association « Bâtir la République ». A Mahajanga, l’assistance a participé activement aux débats durant trois heures et non pas caché leur soif d’en savoir plus sur les thèmes fixés par l’association et surtout leur mise en application dans la société. De son côté, “Bâtir la République” annonce qu’elle va profiter de cet élan pour donner une dimension régionale et nationale à son initiative, en programmant d’autres événements à venir dans d’autres régions, villes et villages de l’île, après Antananarivo et Mahajanga. Cette association poursuit ainsi son idée première de ramener tous les citoyens à se conscientiser, à débattre à agir sur le thème central de la “République”.

Propos. “Grâce aux réseaux sociaux, des informations arrivent en temps réel vers le public. Mais cela pose problème quand chaque individu prend le rôle du journaliste sans recouper et sans vérifier la véracité des informations qu’il publie”, a déclaré Vanessa Zafimahova, dans son intervention. De son côté, Rasolonandrasana Georges Merlin, a noté que le principe de la séparation des pouvoirs préconise que les détenteurs de ces pouvoirs séparés ne doivent détenir que les attributions sur lesquelles ils ont été élus ou désignés. Enfreindre ce principe donnerait un excès de pouvoir aux institutions de la République. Pour sa part, Michèle Rakotoson a soutenu que « Pour commencer à œuvrer pour le pays, les citoyens doivent se mettre à la mise en place d’un travail de mémoire sur l’Histoire. Il faut enseigner la vraie Histoire du pays aux jeunes ». Enfin pour Pr Rabesa Zafera, les vrais événements dans l’installation de chaque République  doivent être restitués et relayés au plus grand nombre pour connaître l’histoire du pays.

Antsa R.

Blueline Air Fiber

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.