Chronique de Mickey : Gentleman cambrioleur

Au Japon il est de notoriété publique qu’à la tête des grands groupes économiques siègent d’anciens leaders syndicaux. Quoi de plus  logique parce que ces derniers connaissent la psychologie ouvrière et donc savent  comment juguler leurs aspirations. Résultat, il y a un apparent consensus social et ce au profit d’un management social qui contribue au développement de l’entreprise. Les mêmes grandes entreprises comme leurs homologues étrangères, pour faire face à la cybercriminalité, recrutent parmi leurs cadres des anciens pirates informatiques ou hackers. Quoi de  plus normal, seuls les empoisonneurs sont habilités à trouver des antidotes.

Un jeune employé d’une banque de la place a délesté son entreprise de plus de 400 millions d’ariary et il a effectué  sa «soustraction frauduleuse » comme on dit dans le jargon juridique sans violence ni effraction. Ses employeurs doivent regretter qu’un tel talent n’ait pas pu être utilisé autrement comme auditeur des procédures de sécurité, par exemple. Sans faire une quelconque apologie, il faut avouer que ces personnages auteurs de vol de haute volée font preuve d’ingéniosité qui forcent, malgré tout, l’admiration et  même plus quand ils y mettent un grain  de romance.  Là, ils sont  à mettre dans  la tablette des gentlemen cambrioleurs. Arsène Lupin, héros imaginaire des temps modernes résume à lui seul notre sympathie .Pour  ces casseurs au grand cœur qui ne volent que les riches antipathiques. Ils sont déjà absous de leurs actes bien avant leur arrestation et de leur jugement. Malheureusement  de nombreux  jeunes rêvent de « start-up » à leurs manières illicites ou non pourvu  qu’ils aboutissent  à un joli magot.

En ces périodes difficiles où de longues années d’études ne constituent plus un levier social, pourquoi s’étonner que des jeunes voulant vivre un modèle de vie étalé avec la mondialisation de l’information (voiture, villa de luxe et fêtes permanentes) ne mettent pas leur énergie à faire des raccourcis pour  l’enrichissement rapide. Quand les résultats du baccalauréat s’affichent à moins de 40%, il ne faut pas se dissimuler derrière les insuffisances du système scolaire  mais de mettre à nu la réalité déguisée de l’abandon scolaire. Le modèle social est totalement à refonder. Quand Albert Spaggiari,  auteur du casse du siècle avec plus de 29 millions d’Euros actuels à Nice écrit suite à son forfait : « Sans armes, sans violence, sans haine » ce n’est que la traduction d’un mal- être, d’un appel au secours, d’un gentleman cambrioleur malgré lui. Leur motivation ne vient que de leur profonde frustration.

M.Ranarivao

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.