21 787 bureaux de vote traités par la CENI : Andry Rajoelina 55,08%, Marc Ravalomanana 44,92%

Samedi dernier, le clan Ravalomanana a exigé une confrontation des procès-verbaux auprès de la CENI.

Samedi dernier, à la demande du clan Ravalomanana, une séance de confrontation des procès-verbaux a été organisée au siège de la Commission Electorale Nationale Indépendante à Alarobia.

Les jeux sont quasiment faits, ou enfin presque en ce qui concerne le second tour de l’élection présidentielle du 19 décembre. On s’achemine vers une nette victoire du candidat du « Tanora malaGasy Vonona », Andry Rajoelina. D’après les résultats provisoires publiés hier à 20h par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), sur 21.787 bureaux de vote traités sur les 24.852 existant dans tout Madagascar, soit 87,67%, le candidat « numéro 13 » a obtenu 2.269.136 voix (55,08%) contre 1.850.797 voix (44,92%) pour son adversaire Marc Ravalomanana. 418.339 voix de différence donc entre les deux protagonistes. Un écart dont le renversement est peu probable, voire impossible à rattraper car il représente le nombre d’électeurs au niveau de deux voire trois régions. On attend désormais les résultats provisoires de la CENI qui devrait confirmer l’élection d’Andry Rajoelina à la Magistrature suprême. Le candidat « numéro 13 » sera donc le 13e Président de la République de Madagascar.

Jamais deux sans trois. Actuellement, il est en passe de réaliser un « jamais deux sans trois ». Il convient de rappeler en effet que Marc Ravalomanana et le « Tiako i Madagasikara » ont déjà été battus à plate couture (plus de 70% des suffrages exprimés) par « Andry TGV » lors des élections communales de décembre 2007. C’était la première confrontation directe entre les deux parties. En 2013, lorsqu’Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana ont été frappés par le « ni… ni » imposé par la Communauté Internarionale, Jean Louis Robinson, le candidat adoubé par « Dada » a également été battu au second tour par Hery Rajaonarimampianina qui était soutenu par le « Miaraka Amin’i Prezida Andry Rajoelina » (MAPAR) à l’époque, même si dès son accession au pouvoir, ce dernier a décidé de tourner le dos à sa famille politique d’origine. Cette Présidentielle de 2018 confirmera donc l’« hégémonie » d’Andry Rajoelina sur Marc Ravalomanana. Et ce, même si pour le moment, ce dernier, ou plus précisément ses partisans les plus ultras et les mercenaires politiques qui l’entourent refusent de se soumettre aux résultats des urnes en tentant d’inventer toutes manœuvres visant à semer les troubles au pays et à contester les résultats sans pour autant apporter aucune preuve.

Confrontation. Il convient en effet de noter que samedi dernier, à la demande du clan Ravalomanana, une séance de confrontation des procès-verbaux a été organisée au siège de la Commission Electorale Nationale Indépendante à Alarobia. Une séance qui s’est soldée par une véritable humiliation pour les « zanak’i Dada ». Les Fanirisoa Ernaivo, Hanitra Razafimanantsoa, Félix Randriamandimbisoa, ainsi que les avocats du TIM ont présenté 55 procès-verbaux « suspicieux », selon leurs dires, et les ont confrontés avec les PV de la CENI. Après vérifications effectuées par eux-mêmes, ils ont pu constater qu’il n’y a aucune différence entre les résultats de la CENI et ceux du « K25 ». Les allégations de détournements de voix véhiculées depuis le 19 décembre ne sont donc que de pures imaginations. A noter que Fanirisoa Ernaivo qui se trouve désormais en première ligne pour défendre les intérêts de « Dada », a apposé sa signature sur le procès verbal dressé à l’issue de cette séance de confrontation de PV.

« Krismasy Fandresena ». Quoiqu’il en soit, à l’allure où vont les choses, le « Krismasy Fandresena » n’existera pas pour le « K25 ». Cette année, comme lors des élections communales de 2007 et la Présidentielle de 2013, le Père Noël ne passera pas chez les « Zanak’i Dada ». D’ailleurs, la déclaration effectuée hier par Marc Ravalomanana laisse croire que la trêve politique risque d’être bafouée en cette période des fêtes de fin d’année car il a lancé un appel à la contestation des résultats à l’endroit de ses partisans. Reste à savoir si cet appel sera suivi. Du côté du camp Rajoelina, on attend sereinement les résultats provisoires qui devraient être publiés par la CENI dans les prochaines heures. Quoiqu’il arrive, c’est la Haute Cour Constitutionnelle qui aura le dernier mot sur l’issue de cette élection présidentielle.

Davis R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

4 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Quoi qu’il fasse Andry rajoelina est toujours la gagnante selon la résultats des CENI !il va ganer et on n’est sur de cela.

  2. VOUS ALLEZ MANGER LA MERDE DE TGV…VOILA CE QU’IL VA VOUS FAIRE BOUFFER…VOTRE RÊVE VA SE TRANSFORMER EN CAUCHEMAR…UN ASSASSIN QUI VOUS A BERNE ET VOUS ÊTES TOMBES DANS SES GRIFFES, NOUS ALLONS BIEN RIRE QUAND IL NE POURRA PAS METTRE EN OEUVRE SON PROGRAMME….IL A PACTISE AVEC LE DIABLE. TGV ASSASSIN, TGV VOLEUR, TGV MANIPULATEUR…..HONTE A VOUS QUI ONT VOTE POUR LUI

  3. Quoi qu’il fasse ANR est entête et rester comme tels! Il va gagner et on n’est sur de cela ! Les crabes on mangé Marc ravalomanana

  4. le krismasy fandresena des zanaky dada c comme attendre le père noël qui descend du cheminer la nuit du 24 Dec !!!bofffff…..dommage c n’est qu’un rêve !!!c un noël de défaite

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.