Chronique de Mickey : Des obstacles  qui ne  leur donnent pas  des ailes

Jacaranda

On vous l’a bien écrit, bien dit lors d’une précédente chronique  que  le soit disant partenariat stratégique  entre Air Madagascar  et Air Austral  n’est qu’un marché de dupes, un mariage de raison entre un jeune boiteux fauché et  son ex-tante sommée de revenir  dans le giron familial. Dans cette histoire, la famille de la mariée a dû mettre dans la corbeille une belle somme d’argent comme pour s’acheter un voile de virginité tandis que le jeune époux de son côté a emprunté   à ses cousins du coin pour paraître comme un jeune premier. Ce dernier a pu prendre ainsi une plus  grande place dans le lit conjugal.  Ils se marièrent  mais ne semblent pas partis pour avoir beaucoup d’enfants. Au contraire, Air France, l’ancien grand frère d’Air Madagascar lui  réclame  via la  justice  le non-paiement de plusieurs  millions d’euros, loyers de  deux Airbus A 340. Un contrat qui s’avère être un autre marché de dupes. En effet, ces  aéronefs sont de  gros consommateurs de carburant  et le pire, l’un deux , est plus cloué au sol que dans les airs en raison d’avaries techniques.  On achève bien les chevaux  comme on dit. Bientôt on ne parlera plus de notre compagnie aérienne nationale que comme de l’histoire ancienne, parce qui va payer ces dettes ? Pas, Air Austral qui est aussi mal lotie que dame Airmad, encore moins , l’Etat malgache qui, sûrement, a d’autres chats à fouetter ou la Cnaps qui ne veut  pas se mettre  à dos les retraités qui se plaignent déjà de la faiblesse de leurs pensions.

Il est loin le temps  où devant des difficultés, on arborait fièrement le slogan « Des obstacles  qui nous donnent des ailes »  Au fait, on pourrait faire payer les initiateurs  de ces marchés  de dupes, normal non ?

M.Ranarivao

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.