Commune Urbaine de Toamasina : Elysée Ratsiraka suspendu par le Conseil municipal

Coup de tonnerre au niveau de la Commune Urbaine de Toamasina. En effet, le Conseil municipal vient de suspendre le Maire Elysée Ratsiraka. La décision a été prise à l’issue de la première session extraordinaire du Conseil qui a duré trois jours et a pris fin hier. Apparemment, le Premier Magistrat de la Ville du Grand Port n’a pas réussi à convaincre les membres de l’organe délibérant de la commune suite à la demande d’explication à laquelle il faisait l’objet. De sources bien informées, il a été interpellé par rapport, entre autres, aux salaires impayés des employés de la commune et l’existence de nombreux terrains domaniaux appartenant à l’Administration communale mais que le Maire aurait vendu à des particuliers. Des accusations que le Maire a niées catégoriquement. Il convient de noter en effet que le 21 février dernier, Elysée Ratsiraka a apporté sa version des faits auprès des conseillers municipaux. Ces derniers n’ont donc pas été convaincus par sa ligne de défense, d’où cette mesure de suspension prise lors de la séance plénière d’hier. A l’issue du vote secret, 10 conseillers municipaux sur les 16 ayant assisté à cette session extraordinaire ont voté pour le départ d’Elysée Ratsiraka tandis que 4 ont voté contre. L’on a également observé 2 votes blancs. Il y a donc eu deux absents car la Commune Urbaine de Toamasina compte au total 18 conseillers municipaux.

Détournement. Enfin, l’organe délibérant de la Mairie de Tamatave a réussi à balayer Elysée Ratsiraka de son poste. Il convient de noter qu’à maintes reprises, le Maire a déjà été confronté à une motion de déchéance. Accusé de détournement d’une somme de 200 000 000 Ariary au mois de juin 2017, il avait déjà échappé à une suspension. La question est de savoir si cette fois-ci, Elysée Ratsiraka parviendra à rééditer son exploit. A rappeler que cette décision de suspension prise au niveau du Conseil municipal ne s’applique pas tout de suite. Le sort du Premier Magistrat de la Ville du Grand Port est désormais entre les mains du Préfet de Toamasina et du Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation qui devraient trancher incessamment. Historie à suivre.

Davis R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. LAZALAZAO
    Et revoilà les mêmes refrains  » diska löka  » des ZD …Il ne faut pas s’attarder ce sont de minables aigris et frustés des daka vody à leur Dada , ce sont des vongandinty dixit feu Rakotovao Razakaboana .

  2. Un mapar limogé, il faut creuser un peu plus, Je ne me laisserai pas berner par ses évictions, je connais bien l’histoire de charles andrianasoaviana, Paul Tody et Fidèle Razapiera etc… Si on me parle de non intervention d’un certain d’iavoloha, je veux voir cette non intervention dans les enquête judiciaire, sur le bois de rose et détrournement d’argent depuis 2009. Où sont par exemple les billets en euros trabsportés par deux chinoises, qui se font confisqués à Ivato pendant la transition ? et l’affaire de deux cartons de billet de 10000fmg de Lanto Rakotomanga ? etc… car j’ai le sentiment que ceux qui sont arrêtés sont; ceux qui ont lâché de près ou de loin le régime.
    Concernant Elyséee ratsiraka,ce n’est pas un vrai mapar, c’est essentiellement un anti-Ravalomanana, donc il est avec le mapar par intêret.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.