Data sur l’effectivité de la décentralisation : L’option d’une collectivité intermédiaire avancée

Jacaranda

« L’effectivité de la décentralisation à Madagascar ». Tel a été le thème du deuxième Data (DonakAfon’ny Tanora) de cette année à l’ex DLC Anosy, vendredi dernier. Comme à l’accoutumée, quatre panelistes ont intervenu et sont tombés d’accord sur le fait que la mise en place d’une décentralisation effective nécessite plus que jamais de la bonne volonté et pas nécessairement des modifications au niveau des textes législatifs et réglementaires y afférents.

Représentation de l’Etat. Néanmoins, Manjaka Abraham Rajafetra, administrateur civil et yltpien estime que la décentralisation ne suffit pas. Pour lui, il faudrait bien doser, bien équilibrer la décentralisation et la déconcentration. « Il faut que les autorités décentralisées et les autorités déconcentrées soient sur la même longueur d’onde et que ces dernières contrôlent les premières », indique-t-il. Dans cette même optique, Imbiki Herilaza, magistrat, juge opportun de considérer, justement, l’effectivité de la décentralisation face à la représentation de l’Etat laquelle opère des contrôles de légalité sur les actes des collectivités territoriales décentralisées ou CTD.

Fokontany. Serge Zafimahova, le président de la plateforme Dinike, quant à lui, insiste sur les trois principes qui régissent la décentralisation, en l’occurrence, l’autonomie des CTD par rapport au pouvoir central, l’exercice du pouvoir territorial et l’autonomie budgétaire. Il réitère que les Fokontany devraient faire partie des CTD, et présider les Comités Locaux de Développement dans les trois Communes à statut particulier. Aussi, souligne-t-il, qu’en matière de décentralisation, il faut vulgariser les textes y afférents et en acquérir l’appropriation du peuple. « Ne confisquons pas, nous élites, les débats. Il faut qu’ils émanent de l’ifotony », précise Serge Zafimahova.

Collectivité intermédiaire. Mais Parfait Randrianitovina, directeur adjoint du projet Prodecid, n’est pas vraiment « optimiste » à ce que les Fokontany puissent être des CTD. A son avis, « il faut mettre en place des collectivités intermédiaires » qui pourraient se traduire en renforcement des pouvoirs ou de marges de manœuvre des Communes, par exemple. Et ce n’est pas tout. Parfait Randrianitovina exhorte, également, la « territorialisation des investissements publics » et encourage la « régionalisation ».

Recueillis par Aina Bovel

Share This Post

5 Comments - Write a Comment

  1. La precipitation de changer la constitution pour renforcer le pouvoir des chefs de région en les donnant le nom de gouverneur n’est pas réellement indispensable pour aboutir à une décentralisation effective. En fait, cette démarche va plutôt vers une concentration car les gouverneurs seront nommés (et destitués) par l’exécutif central.
    Si l’on revient sur toutes les constitutions depuis la 1ère République, aucune n’a été appliquée intégralement sur cet aspect de décentralisation. Ce ne sont pas les textes qui sont à changer, ce sont les volontés. On trouve toujours comme pretexte que les CTD ne sont pas prêts pour assurer leur développement. Mais les pouvoirs centraux sont encore moins prêts !

  2. La politique de vrai décentralisation est un phénomène nouveau dans le pays, pourtant cette nouvelle option de structure s’avère efficace et plus pertinent par rapport à la situation que nous vivons aujourd’hui enfin d’espérer une vraie politique de développement depuis la base. C’est vraiment une initiative de développement de la part du Présidant.

  3. si le président en décide ainsi donc tout le monde devrais l’accepté car il est le chef et nul ne devrais pas le contré de plus cet décentralisation implique a une référendum donc c’est de la démocratie,alors il respect l’opinion public,mais pour ce qui ne sont pas d’accord ce sont des personnes qui ne veulent pas voir le pays en développement

  4. le président nous montre sa dignité; même s’il a trop hâte de réaliser et de faire avancer notre pays plus rapidement, il ne se précipite pas, pour lui, c’est mieux d’attendre et suivre les logiques pour ne pas ruiner tas de chose; alors, chaque chose a son temps! il est temps de se montrer bien sage pour éviter tout rumeurs!

  5. le président andry rajoelina est très convaincu que la mise en place de la décentralisation effective à Madagascar assure le développement de chaque région. c’est une volonté par lui de le faire et l’objectif est de mettre à chaque région son indépendance sur la gestion financière et la réalisation des projets de développement

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.