Propagande : Quand les convois attisent la nuisance sonore !

Jacaranda

Qu’importe le genre musical utilisé, nous ne sommes pas sans savoir que les musiques de propagande inondent les coins et recoins pendant la période de campagne électorale. Pire ! Émises avec de grands baffles, que la sonorisation soit de bonne ou de mauvaise qualité, ces musiques sont diffusées sur des véhicules qui se déplacent d’un point A allant vers un point B. Ce qui fait que, et les établissements scolaires, et les hôpitaux dont la périphérie doit contenir le maximum de silence et de calme, en sont les victimes. Et ce ne sont pas les illustrations qui manquent. En effet, que dire, à titre d’exemple, de ces candidats du quatrième arrondissement de la capitale ou de leurs sbires qui « à fond la musique » font le tour de Mahamasina à Anosibe, en passant par l’Hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) ? « Izay marary andrianina », dit-on. Mais avec la propagande, l’essence de cet adage ne trouve aucun fondement. Et ce n’est pas tout. Que faire quand deux convois différents se rencontrent sur la même voie, avec leurs sonos qui favorisent la nuisance sonore, déjà invivable avec les petits commerces (informels) de transfert de fichiers MP3, MP4, etc. ? Avons-nous oublié qu’il y a des normes relatives au bruit admissible dans les villes ? Des normes fixées par l’Organisation Internationale de Normalisation.

Anodin. A côté de la forme, voyons ce qui est du fond. Anodin ? C’est peut-être le terme qui résumerait ces musiques de propagande. En effet, si nous essayons d’en prendre quelques-unes, voyons-nous, objectivement, des candidats aux législatives qui scandent des propositions de lois sur tel ou tel domaine, ou ceux qui promettent de combler le vide juridique sur tel ou tel sujet ou thème ? La majorité de ces musiques de propagande raconte  des candidats qui soi-disant ont « le secret » ou peuvent faire de « la magie » pour amorcer le développement ; ou utilisant l’influence de ces « grandes personnalités politiques » afin de siéger au sein de l’Assemblée  nationale et de jouir des avantages exorbitants qu’ils obtiennent en échange des « petits dons anodins » (une fois de plus) effectués avant et pendant la propagande. Quoi qu’il en soit, et avec le profil des candidats actuels, l’on est bien loin d’espérer une législature…digne. A suivre.

Aina Bovel

Share This Post

2 Comments - Write a Comment

  1. La musique de la propagande est un outil très intéressant pour animer la fête et attirer beaucoup de gens. Donc, le candidat favori est obligatoirement en possession de la bonne musique pour être efficace.

  2. Entre les deux oreilles il y a le cerveau mais chez un grand nombre de personnes j’en doute.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.