HCC : Vers des législatives partielles

Jacaranda
La HCC a été inondée de requêtes.

Compte tenu du « nombre très élevé de requêtes en contentieux », le juge électoral pourrait faire rejouer les matchs dans certains districts ou procéder à des renversements de résultats.

Quoique ce ne soit pas avec un engouement pareil ni la même fébrilité que pour le match entre les Barea de Madagascar et les Super Eagles du Nigéria, l’opinion attend avec un certain intérêt, la décision du juge électoral par rapport à la course à Tsimbazaza. La HCC va effectivement proclamer cet après-midi à 16 heures, en son siège à Ambohidahy, les résultats officiels des élections législatives du 27 mai dernier.

Annulations totales ou partielles. Les états-majors politiques et les candidats sont tout particulièrement dans l’attente de l’issue des requêtes en contentieux qui sont, selon la HCC, « en nombre très élevé ». 684 en tout et pour tout. Soit presque l’équivalent du nombre total des candidats sur l’ensemble du territoire. Dilemme cornélien pour le président Jean-Eric Rakotoarisoa et les 8 Hauts conseillers qui auront du mal à faire passer la formule habituelle : « recevable mais non fondée ». La plupart des requérants espère plutôt des annulations totales ou partielles des opérations électorales dans les bureaux de vote où il y aurait eu de nombreuses anomalies, irrégularités et fraudes.

Sincérité du scrutin. Certains candidats malheureux d’après les résultats provisoires de la CENI, comptent sur la HCC pour redresser les choses. Et de souhaiter même la tenue de législatives partielles dans les districts où il y a eu des « hala-bato », des infractions constitutives d’entrave à la liberté et à la sincérité du scrutin et du vote. En 2013, la HCC avait ordonné la tenue de législatives partielles dans les circonscriptions électorales d’Ambanja, Marovoay, Sainte- Marie et Belo sur Tsiribihina. Cette fois-ci, le juge électoral pourrait faire rejouer les matchs dans des districts comme Betroka, Ambovombe, Soalala, Ambositra, Toliary II, Mampikony, Mahajanga II, Mitsinjo… s’il estime que les suspicions de fraudes et de manipulations des votes sont fondées et de nature à altérer le sens du vote. Et à condition que les requérants produisent les preuves – pièces à l’appui – de ce qu’ils avancent, quoique la HCC puisse se saisir d’office, lorsqu’elle estime qu’il y a eu violation des dispositions législatives et réglementaires ou pour des motifs d’ordre public. Sous peine d’envoyer à l’Assemblée nationale des mal élus qui le seraient davantage compte tenu du faible taux de participation ou du taux d’abstention élevé (c’est selon) enregistré au soir du 27 mai 2019.

  1. R. O

Share This Post

One Comment - Write a Comment

  1. il faut juste attendre avec patience le bon moment; l’heure c’est l’heure, en tout cas; la confiance du public à chaque étape d’un processus électoral est essentielle à l’intégrité de l’élection. Les citoyens ont non seulement le droit de participer aux élections, mais ils ont aussi le droit de savoir pour eux-mêmes si le processus électoral est valide. Donc , c’est une grande responsabilité à vous de montrer la marche vers la transparence!

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.